Vincent Lambert : décryptage d'une vidéo qui dérange

Quelques jours après la décision de la Cour européenne des droits de l'homme qui a validé l’arrêt de l’alimentation de Vincent Lambert, une vidéo troublante relance la polémique. Le docteur Bernard Devalois, responsable de l’unité de soins palliatifs du Centre hospitalier de Pontoise, était ce 10 juin l'invité du Magazine de la Santé pour analyser ces images.

La vidéo aurait été tournée le 6 juin par un jeune homme qui se présente comme un ancien camarade de classe de Vincent Lambert. Et depuis quelques heures, elle est activement diffusée sur des sites catholiques conservateurs.  On y découvre le patient sur son lit d’hôpital, les paupières entrouvertes, on lui plaque alors un téléphone contre l’oreille. C’est sa mère qui parle. Ensuite, c’est son frère qui est à ses côtés, et on peut avoir l’impression que Vincent soutient son regard. A la fin de la vidéo, le jeune homme qui a filmé prononce ces mots "Vincent n’est pas en fin de vie, c’est ça qu’il faut bien comprendre".

Pour notre invité, "à l’évidence, il s’agit d’une manipulation, et d’une manipulation qui essaye de porter une idéologie. On est, toute proportion gardée, dans une situation similaire comme au début du XVIIème siècle quand certaines personnes, malgré les preuves scientifiques, disaient que c’est le Soleil qui tournait autour de la Terre. Malgré les preuves scientifiques, des gens affirment des contre-vérités."

Mais à ses yeux, cette manipulation reste "assez grossière". "Le visage de Vincent Lambert présente effectivement des gestes qui sont habituels chez des états végétatifs chroniques, le clignement d’yeux par exemple… [Et] il n’a pas une fixation du regard, il a un regard fixe, simplement son frère se met en face de son regard, mais il ne soutient absolument pas. C’est son frère qui interagit, et pas le contraire. Il n’a pas le suivi tel qu’on le fait classiquement (est-ce qu’il suit un doigt du regard) : on a une coupure complète entre une absence de perception de l’entourage et des réactions. Aujourd’hui, on a des réactions, [en face desquelles] on met des stimuli, et on fait comme si ces réactions étaient dues à ces stimulations : c’est un montage grossier."

Un état irréversible

Marina Carrère d’Encausse note la formule très étudiée utilisée par le jeune homme qui intervient dans la vidéo polémique ("Vincent n’est pas en fin de vie…") : en effet, il n’est pas en fin de vie, mais il est dans un état végétatif irréversible. Son invité confirme que là se trouve la nuance importante. "Encore une fois, les parents de Vincent, soutenus par une organisation très positionné idéologiquement, qui est Civitas, assène que Vincent n’est pas en fin de vie. Evidemment, qu’il n’est pas en fin de vie : Vincent est actuellement maintenu artificiellement en vie ce qui, au vu de ses volontés exprimées oralement (et non écrites, puisqu’il n’y a pas eu de directives anticipées), représentent pour lui une situation d’acharnement thérapeutique."

Le docteur Devalois poursuit : "Faisons bien la différence avec par exemple sa mère, dont les positions sont respectables – si elle dit « si moi je suis cette situation, je veux qu’on me maintienne en vie » – très bien ! Sauf que l’on n’a pas le droit d’imposer aux autres ses propres positions."

Fonctions végétatives

Michel Cymes note qu’une chose, dans la vidéo, peut interpeller les personnes qui ne sont pas du milieu médical : Vincent Lambert n’a pas de machine pour le faire respirer. Le docteur Devalois insiste alors : "on est dans une situation d’état végétatif chronique, c’est à dire de quelqu’un dont la vie relationnelle n’existe plus, qui ne peut plus rien percevoir de l’extérieur, mais dont les fonctions végétatives [fonctionnent] - ce qui permet le maintien en vie (il respire spontanément, il déglutit sa salive). Mais il n’est pas capable de déglutir ses aliments."

Le cerveau ne fonctionne plus, par contre, le tronc cérébral (la partie qui se trouve entre le cerveau et la moelle, centre de tout les réflexes), fonctionne. D’où la respiration, d’où les battements cardiaques, la déglutition… Des signes que Vincent Lambert produit en absence de toute stimulation apparente, comme en témoignait notamment son neveu dans les médias ce matin.

L’invité du "Magazine de la santé" note que les images diffusées par l’association ne respectent absolument pas la dignité de Vincent Lambert. "Quelqu’un qui est attaché à Vincent Lambert ne peut pas accepter qu’on le mette comme cela en proie, en pâture aux médias. Cela me paraît complètement obscène."

Vous êtes à nouveau en ligne