VIDEO. Nue sur internet, merci docteur !

Dans les miroirs on se voit souvent toute déformée, et parfois l’on rêve de ressembler aux photos d’Instagram, postées par des chirurgiens esthétiques. Des photos de leurs patients dénudés. Mais au fait docteur, diffuser ces images sur internet, est-ce bien légal ?

Sur le réseau social Instagram, nous sommes tombés sur ces photos. Des poitrines et des postérieurs, diffusés non pas par des starlettes mais par des médecins ! Certains chirurgiens esthétiques publient des images de leur patientes avant et après opération. Nous avons trouvé des vidéos apparemment filmées au bloc opératoire. Le médecin les diffuse sans floutage, avec un fond sonore.

Retrouver son corps exhibé sur internet sans autorisation, c’est ce qui est arrivé aux clientes d'Alexandre Blondieau, avocat spécialisé en droit à l'image. Sur leurs visages, seuls les yeux étaient légèrement floutés. “Ce sont des personnes qui étaient en état de choc parce que quand on fait un lifting, une opération de chirurgie esthétique, c’est quelque chose de très intime, c’est parce qu’on a un complexe, on a envie d'être à nouveau belle vis-à-vis de l’extérieur, mais on n'a surtout pas envie que ça se sache. Donc il y a juridiquement une violation de la vie privée et du droit à l’image”.

"Ca déconsidère la profession"

Une première affaire s’est terminée par une transaction à l’amiable. L’autre par la condamnation du chirurgien à 10 000 euros de dommages et intérêts et un mois d’interdiction d’exercer.  Nous avons fait les comptes en Ile-de-France, sur 257 chirurgiens esthétiques, près d’un sur cinq publie des images de ses patients, sur Instagram. Les règles sont pourtant claires : la publicité est interdite aux médecins ! Pour le conseil de l’ordre, un praticien n’a pas à diffuser ce genre de photos même avec l’accord des patients : “Tout ce que vous me montrez est contraire aux obligations déontologiques du médecin parce que oui c’est de la publicité. Je trouve que c’est inconvenant et ça déconsidère la profession”, s'insurge Jean-Marie Faroudja, président de la section déontologie du Conseil national de l’Ordre des médecins. 

“Mes seins sont déformés, je n’arrive plus à dormir sur le ventre"

Des photos avant/après postées par un chirurgien. C’est ce qui avait convaincu une femme de 34 ans, de se faire opérer des seins, en 2016. Le résultat est catastrophique. “Mes seins sont déformés, je n’arrive plus à dormir sur le ventre, je porte des soutiens-gorge de contention. Je n’accepte plus qu’on me touche les seins parce que c’est douloureux, c’est insupportable”. Son chirurgien lui, continue de faire la promotion de son activité sur Instagram.  “Moi je sais qu’il m’avait demandé tout de suite après l’intervention de mettre un commentaire positif en sa faveur. Il insistait en m’envoyant des messages sur Messenger : “pensez à mettre un petit commentaire favorable, comme quoi vous êtes contente”, se remémore, amère, la jeune femme.

Contacté, le chirurgien esthétique de cette femme ne nous a jamais répondu. Un autre encore plus actif sur Instagram, nous a expliqué que pour lui il ne s’agit pas de publicité mais de communication. Une nuance ... chirurgicale.

Vous êtes à nouveau en ligne