Levothyrox : 4 000 plaignants devant la justice

C'est un procès hors normes qui s'est ouvert à Lyon (Rhône), lundi 3 décembre. Plus de 4 000 plaignants s'opposent à la nouvelle formule du Levothyrox.

À 17 ans, Ambre Javelle est la plus jeune des 4 113 patients partis civils dans le dossier du Levothyrox. Cette lycéenne est née avec une hypothyroïdie congénitale. La nouvelle formule du laboratoire Merck a, selon elle, bouleverser sa vie. "Pendant plus de quinze ans, j'ai pris un médicament qui m'allait bien et je n'avais aucun problème avec mon ancien traitement. On me change tout d'un coup. Le fabricant Merck savait qu'il avait le monopole et en a un peu joué. Mes parents m'ont vu sombrer pendant quelques mois, c'était invivable", se souvient-elle. Elle dormait jusqu'à 17 heures par jour, perdait ses cheveux. Aujourd'hui, elle va un peu mieux grâce à un nouveau médicament.

Des troubles sur 25 000 patients

Merck reconnait des troubles sur 25 000 patients pour plus de 3 millions d'utilisateurs. "En modifiant le médicament, on a pu, pour certains patients, modifier l'équilibre thyroïdien", explique Valérie Léto, pharmacienne responsable du laboratoire Merck. À Toulouse (Haute-Garonne), en novembre dernier, le tribunal de grande instance ordonne des expertises détaillées pour 47 cas afin de se prononcer sur la responsabilité de Merck.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne