Disparues de l'A26 : "C'est la première fois qu'il y a une vraie avancée dans cette affaire"

Corinne Herrmann, l\'avocate de la mère de Christel Oudin
Corinne Herrmann, l'avocate de la mère de Christel Oudin (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Un homme a été mis en examen 34 ans après le meurtre de Christel Oudin, retrouvée morte sur le chantier de l'autoroute A26. "Un espoir", pour l'avocate Corinne Herrmann.

Un homme de 66 ans a été mis en examen vendredi 28 juin pour le meurtre de Christel Oudin, 34 ans après les faits. "Une vraie avancée", dit sur franceinfo Maître Corinne Herrmann, l'avocate de la mère de la jeune fille, retrouvée morte à l'âge de 13 ans en novembre 1985, sur le chantier de l'autoroute A26, dans l'Aisne.

franceinfo : Que signifie cette mise en examen pour la famille de Christel Oudin ?

Corinne HerrmannC'est une avancée considérable pour la famille. C'est un peu lui rendre sa dignité dans tout ce parcours de justice qui a été difficile et c'est l'espoir aussi peut-être d'une vérité judiciaire un jour. C'est l'espoir que l'auteur des faits soit condamné. C'est essentiel pour la famille qui est dans l'ignorance totale depuis plus de 34 ans. 

Cela ravive aussi des blessures dans la famille de Christel Oudin ?

Oui, ce sont de grandes émotions, parce que le papa de Christel est mort pendant la procédure. On aurait aimé lui apporter une réponse. On va se battre aussi pour sa mémoire parce qu'il a porté ce combat et on va se battre aux côtés de la maman de Christel, qui porte ce combat désormais.

Ce dossier avait été classé deux fois, sans suspect. Cela a été compliqué d'obtenir sa réouverture ?

On a bataillé avec Maître Didier Seban pour rouvrir ce dossier en 2011, mais il a fallu convaincre le parquet de Laon. Les anciens dossiers font peur. Mais je pense qu'aujourd'hui beaucoup de jeunes magistrats et d'enquêteurs comprennent qu'avec les nouvelles techniques, beaucoup de ces dossiers peuvent sortir. Pour nous, ce n'est jamais inespéré, nous avons plusieurs dizaines de dossiers anciens qui datent de la même période, et ça nous arrive régulièrement d'en résoudre avec la justice. 

Ce dossier est-il lié à l'affaire Sophie Borca, une autre jeune fille tuée dans la même région quelques mois plus tôt ?

C'est beaucoup trop tôt pour le dire. Ces deux affaires ont été liées parce qu'il y a des correspondances entre les deux dossiers. Maintenant, avant de dire que c'est le même suspect, on a encore du travail. C'est tout de même un espoir pour les  familles d'autres victimes en France, surtout qu'il y a trois autres dossiers non résolus dans la région.

Vous êtes à nouveau en ligne