Santé : la loi en matière de prescription modifiée après le scandale du Mediator

FRANCE 3

Le procès du Mediator débutera lundi 23 septembre. Ce médicament a longtemps été prescrit comme coupe-faim aux personnes en surpoids. Dix ans après le scandale, la loi a changé pour mieux protéger les patients.

Plus connu pour son effet coupe-faim que pour son indication originelle, le Mediator a été au cœur d'un scandale sanitaire. Pour avoir prescrit ce médicament hors autorisation de mise sur le marché, le Dr Ephraym Samoun a reçu un blâme du conseil de l'Ordre des médecins. Dix ans après les révélations, il est mieux informé et dit recevoir de nombreux courriers de mise en garde sur les effets secondaires de certains médicaments. Sur les recommandations de l'Académie de pharmacie, la loi aussi a changé après le scandale du Mediator.

Un devoir d'information

Si le médecin reste libre de prescrire un médicament en dehors des indications thérapeutiques de son AMM (autorisation de mise sur le marché), il a désormais des devoirs d'information. Censé soigner l'acné, Diane 35 est souvent prescrit sur le long terme comme pilule contraceptive. Il est soupçonné de provoquer des cancers du cerveau. Malgré les informations délivrées par le pharmacien, les risques sont parfois sous-estimés par les patients.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne