DIRECT. Procès du Mediator : suivez l'audition d'Irène Frachon, à l'origine de la révélation du scandale

Irène Frachon, le 23 septembre 2019, à Paris.
Irène Frachon, le 23 septembre 2019, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Plus de trois semaines après l'ouverture des débats, souvent arides, l'audition mercredi de la pneumologue du CHU de Brest, qui vit avec cette affaire du matin au soir depuis douze ans, est très attendue.

Elle est connue comme la principale lanceuse d'alerte dans l'affaire du Mediator, ce médicament accusé d'avoir causé la mort d'au moins 500 personnes. Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest (Finistère), est entendue par le tribunal correctionnel de Paris, mercredi 16 octobre, à partir de 13h30, dans le cadre du procès des laboratoires Servier et de l'Agence du médicament, qui s'est ouvert le 23 septembre. Suivez son audition en direct sur franceinfo.

 Révélations sur un scandale. Le Mediator, un antidiabétique très largement prescrit comme coupe-faim, et commercialisé par les laboratoires Servier pendant une trentaine d'années, a été retiré du marché le 30 novembre 2009. Mais c'est en juin 2010 que l'ampleur du scandale sanitaire est révélée au grand public, au moment de la publication du livre d'Irène Frachon, Mediator 150 mg, combien de morts ? (éd. Dialogues).

 Un cas suspect repéré dès 2007. Cette spécialiste des hypertensions artérielles pulmonaires a eu un déclic lorsqu'elle a vu arriver, dans son bureau de Brest, une patiente obèse atteinte de cette pathologie rare et incurable, et qui avait été exposée au Mediator. En mars 2009, Irène Frachon présente à l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (aujourd'hui ANSM) 11 cas d'atteinte des valves cardiaques après exposition au Mediator.

 Des "congés procès". La pneumologue n'a pas pris de vacances depuis un an : elle réserve ses congés pour le procès. "Je veux assister au maximum à l'audience après avoir déposé comme témoin", avait-elle confié à franceinfo début septembre, vingt jours avant l'ouverture des débats. "C'est important que je sois présente, que je veille à ce qui se dit et que je comprenne ce qui se joue à ce procès. Je connais tous les ressorts intimes de cette histoire", avait-elle ajouté. La lanceuse d'alerte avait hésité à s'exprimer avant le procès. Elle avait expliqué à France 2 qu'elle le faisait pour les nombreuses victimes qui ont l'interdiction de parler, certaines d'entre elles ayant signé une clause avec les laboratoires Servier en échange d'une indemnisation. 

17h31 : L'audience a repris du côté de la 31e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. Irène Frachon continue son exposé.

16h51 : Alors qu'une pause a lieu lors de l'audience du procès du Mediator, revenons sur le long exposé d'Irène Frachon.

15h19 : Au tribunal de grande instance de Paris, Irène Frachon demande à projeter des documents. Il s'agit de schémas techniques, visiblement difficiles à comprendre.

14h41 : Nous retournons au tribunal de grande instance de Paris où la lanceuse d'alerte Irène Frachon est auditionnée. Elle parle notamment de HTAP, c'est-à-dire d'hypertension pulmonaire. Après une heure d'introduction, elle s'apprête à rentrer dans le vif du sujet.

14h04 : Irène Frachon a beaucoup de choses à raconter. Elle va assez vite, sur des élements parfois techniques. La présidente lui demande de ralentir, rapporte notre journaliste Violaine Jaussent.

14h12 : Il est 14 heures, voici les principaux titres :

• Le procès du Mediator se poursuit. Et cette journée est particulièrement importante : la lanceuse d'alerte Irène Frachon est auditionnée. Notre journaliste Violaine Jaussent est sur place. Suivez la situation dans notre direct.

• Le président turc Erdogan refuse de négocier avec les forces kurdes. Il exige qu'elles désarment et se retirent de la frontière turque. Il affirme également qu'il ne rencontrera pas Mike Pence, le vice-président des Etats-Unis, qui doit se rendre à Ankara.

• En France, il faut savoir que "l'eau du robinet est l'un des aliments les plus contrôlés", selon le ministère des Solidarités et de la Santé. Pouvez-vous boire sans risque l'eau du robinet chez vous ? Réponse dans notre carte.

• Plusieurs organisations syndicales et de jeunesse appellent à une "première journée de grève interprofessionnelle" contre la réforme des retraites le jeudi 5 décembre.

13h46 : L'audience est ouverte à la 31e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. La lanceuse d'alerte Irène Frachon est entendue. Notre journaliste Violaine Jaussent est sur place.

13h28 : La 31e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris est bondée pour la venue de la lanceuse d'alerte Irène Frachon.

13h08 : Le procès du Mediator se poursuit. Et cette journée est particulièrement importante : la lanceuse d'alerte Irène Frachon est auditionnée. Notre journaliste Violaine Jaussent, qui est sur place, revient sur ses révélations.

12h00 : Il est midi, voici les titres :

En France, il faut savoir que "l'eau du robinet est l'un des aliments les plus contrôlés", selon le ministère des Solidarités et de la Santé. Pouvez-vous boire sans risque l'eau du robinet chez vous ? Réponse dans notre carte.

Plusieurs organisations syndicales et de jeunesse appellent à une "première journée de grève interprofessionnelle" contre la réforme des retraites le jeudi 5 décembre.

Le tribunal correctionnel de Paris, qui juge les laboratoires Servier et l'Agence du médicament dans l'affaire du Mediator, doit entendre aujourd'hui la pneumologue Irène Frachon, à l'origine de la révélation du scandale en 2010.

10h08 : Il est 10 heures, voici les titres :

Des milliers de pompiers en colère ont manifesté, hier à Paris, pour dénoncer le manque d'effectifs et de reconnaissance de leur profession. Ils ont reçu le renfort d'infirmiers et infirmières, de médecins hospitaliers et d'employés du Samu, qui dénoncent eux aussi les manques d'effectifs dans leurs services débordés.

En France, il faut savoir que "l'eau du robinet est l'un des aliments les plus contrôlés", selon le ministère des Solidarités et de la Santé. Pouvez-vous boire sans risque l'eau du robinet chez vous ? Réponse dans notre carte.

Alors que la Turquie poursuit son offensive dans le nord-est de la Syrie, Jordi Tejel, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Neuchâtel, en Suisse, apporte son éclairage sur la situation des Kurdes.

Le tribunal correctionnel de Paris, qui juge les laboratoires Servier et l'Agence du médicament dans l'affaire du Mediator, doit entendre aujourd'hui la pneumologue Irène Frachon, à l'origine de la révélation du scandale en 2010.

08h19 : Il est 8 heures, voici les titres :

Des milliers de pompiers en colère ont manifesté, hier à Paris, pour dénoncer le manque d'effectifs et de reconnaissance de leur profession. Ils ont reçu le renfort d'infirmiers et infirmières, de médecins hospitaliers et d'employés du Samu, qui dénoncent eux aussi les manques d'effectifs dans leurs services débordés.


En France, il faut savoir que "l'eau du robinet est l'un des aliments les plus contrôlés", selon le ministère des Solidarités et de la Santé. Pouvez-vous boire sans risque l'eau du robinet chez vous ? Réponse dans notre carte.

Le tribunal correctionnel de Paris, qui juge les laboratoires Servier et l'Agence du médicament dans l'affaire du Mediator, doit entendre aujourd'hui la pneumologue Irène Frachon, à l'origine de la révélation du scandale en 2010.

06h01 : Nous sommes le mercredi 16 octobre, il est 6 heures. Voici les titres :

Emmanuel Macron, Angela Merkel et leurs gouvernements respectifs sont attendus à la mi-journée à Toulouse, à la veille d'un sommet européen qui s'annonce chargé, entre Brexit et offensive turque en Syrie.

Le tribunal correctionnel de Paris, qui juge les laboratoires Servier et l'Agence du médicament dans l'affaire du Mediator, doit entendre aujourd'hui la pneumologue Irène Frachon, à l'origine de la révélation du scandale en 2010.

Des milliers de pompiers en colère ont manifesté, hier à Paris, pour dénoncer le manque d'effectifs et de reconnaissance de leur profession. Ils ont reçu le renfort d'infirmiers et infirmières, de médecins hospitaliers et d'employés du Samu, qui dénoncent eux aussi les manques d'effectifs dans leurs services débordés.

La cheffe de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a dû renoncer à son discours annuel de politique générale, interrompu par plusieurs élus pro-démocratie qui ont perturbé la session parlementaire en huant la dirigeante soutenue par Pékin.

Vous êtes à nouveau en ligne