Santé : prévention contre les troubles musculo-squelettiques au travail

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Les sinistrés ont 10 jours pour déclarer. C'est la journée de prévention des troubles musculo-squelettiques, douleurs au dos ou aux articulations causées par des travaux répétitifs. Des entreprises prennent les choses en main, dans les fonderies ou les vignes, par exemple, avec des équipements ou des outils innovants. Quand la technologie soulage les hommes. Dans la vallée du Rhône, Sebastien Michela est un vigneron qui lutte depuis 10 ans contre les troubles muscolo-squelettiques. Grâce à cet écran dans son tracteur, il voit ce qu'il se passe derrière lui. Il a désormais des yeux dans le dos. Avant j'étais obligé de me retourner pendant 8 H pour travailler comme il faut. Il a aussi acheté 8 Sécateurs électriques, 1.500 euros piece. Le geste est répétitif. Souvent on ou des blocages du canal carpien. C'est une maladie courante. Un soulagement pour ses 4 salariés qui travaillent toute l'année. Depuis une dizaine d'années, aucun personnel ne s'est arrêté pour des problèmes de taille ou de pluchage. les entreprises inventent des systèmes perfectionnés. Joinville, en Haute-Marne. Une fonderie centenaire. Dans cet atelier 6 postes de meulage. La plupart du temps, ces ouvriers travaillent 8 heures par jour avec ces meules de 4 kilos. J'ai le poids dans les bras. A la fin de la journée, ça pèse aux bras. Depuis novembre, l'entreprise a investi dans un robot sophistiqué. Maintenant, c'est pas moi qui porte la meule et supporte les mouvements de balaiement. Une révolution pour cet ouvrier. Vous voyez ? Y a plus de poids. En notre présence, l'ouvrier est un peu stressé, la machine le ressent et s'arrête automatiquement. Vous avez des petits capteurs, là en rouge. C'est des capteurs de stress. A la façon dont il serre les poignées, la machine reconnaît l'état de stress de la personne. Un bijou de technologie à 140.000 euros. Un investissement pour l'avenir. On part a l'heure de la retraite et pas prématurément pour des maladies. La technologie peut-elle créer d'autres troubles ? Ce jour-là, visite d'experts de la sécurité au travail. Comment vous faites pour contrôler que le travail est bien fait. Le regard, les mains, tout. Ce robot doit être amélioré mais ces ouvriers peuvent envisager un aveir moins pénible./.

Les sinistrés ont 10 jours pour déclarer.

C'est la journée de prévention des troubles musculo-squelettiques, douleurs au dos ou aux articulations causées par des travaux répétitifs. Des entreprises prennent les choses en main, dans les fonderies ou les vignes, par exemple, avec des équipements ou des outils innovants. Quand la technologie soulage les hommes.

Dans la vallée du Rhône, Sebastien Michela est un vigneron qui lutte depuis 10 ans contre les troubles muscolo-squelettiques. Grâce à cet écran dans son tracteur, il voit ce qu'il se passe derrière lui. Il a désormais des yeux dans le dos.

Avant j'étais obligé de me retourner pendant 8 H pour travailler comme il faut.

Il a aussi acheté 8 Sécateurs électriques, 1.500 euros piece.

Le geste est répétitif. Souvent on ou des blocages du canal carpien. C'est une maladie courante.

Un soulagement pour ses 4 salariés qui travaillent toute l'année.

Depuis une dizaine d'années, aucun personnel ne s'est arrêté pour des problèmes de taille ou de pluchage. les entreprises inventent des systèmes perfectionnés. Joinville, en Haute-Marne. Une fonderie centenaire. Dans cet atelier 6 postes de meulage. La plupart du temps, ces ouvriers travaillent 8 heures par jour avec ces meules de 4 kilos.

J'ai le poids dans les bras. A la fin de la journée, ça pèse aux bras. Depuis novembre, l'entreprise a investi dans un robot sophistiqué.

Maintenant, c'est pas moi qui porte la meule et supporte les mouvements de balaiement.

Une révolution pour cet ouvrier.

Vous voyez ? Y a plus de poids.

En notre présence, l'ouvrier est un peu stressé, la machine le ressent et s'arrête automatiquement.

Vous avez des petits capteurs, là en rouge. C'est des capteurs de stress. A la façon dont il serre les poignées, la machine reconnaît l'état de stress de la personne. Un bijou de technologie à 140.000 euros. Un investissement pour l'avenir.

On part a l'heure de la retraite et pas prématurément pour des maladies.

La technologie peut-elle créer d'autres troubles ? Ce jour-là, visite d'experts de la sécurité au travail.

Comment vous faites pour contrôler que le travail est bien fait.

Le regard, les mains, tout.

Ce robot doit être amélioré mais ces ouvriers peuvent envisager un aveir moins pénible./.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne