Rodez : le procès des avertisseurs de radars

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Un procès inédit se tient aujourd'hui à Rodez. Quinze prévenus vont comparaître: des conducteurs ayant alerté sur une page Facebook de la présence d'un radar ou de policiers sur la route. Devant le tribunal de Rodez, ils sont venus soutenir les 15 internautes convoqués pour avoir alimenté une page Facebook antiradar. Qu'il y ait des gens qui disent où sont les radars, l'Etat devrait être content, ça les fait ralentir. C'est juste pour se prévenir entre nous. Si l'Etat n'abusait pas de ces contrôles, on ne ferait pas ça. Parmi les prévenus, certains n'ont posté qu'un seul message sur Internet, d'autres une dizaine de ce type. Tous sont aujourd'hui extrêmement surpris de se retrouver face a la justice alors que des GPS avertissant des zones de danger sont autorisés par la réglementation. Vous aviez conscience de faire quelque chose d'illégal. Non, on a vraiment du mal à comprendre. Sont-ils des avertisseurs de radars ? Je ne crois pas. Sont-ils davantage des assistants d'aide a la conduite ? Oui, je crois et c'est cela qu'on va essayer de démontrer tout à l'heure. Que dit précisément la loi, comment l'interpréter ? Le procureur souhaite lutter contre la très forte hausse du nombre d'accidents en Aveyron. En théorie, les prévenus risquent 1500 euros d'amende et un retrait de six points sur leur permis.

Un procès inédit se tient aujourd'hui à Rodez. Quinze prévenus vont comparaître: des conducteurs ayant alerté sur une page Facebook de la présence d'un radar ou de policiers sur la route.

Devant le tribunal de Rodez, ils sont venus soutenir les 15 internautes convoqués pour avoir alimenté une page Facebook antiradar.

Qu'il y ait des gens qui disent où sont les radars, l'Etat devrait être content, ça les fait ralentir.

C'est juste pour se prévenir entre nous. Si l'Etat n'abusait pas de ces contrôles, on ne ferait pas ça.

Parmi les prévenus, certains n'ont posté qu'un seul message sur Internet, d'autres une dizaine de ce type. Tous sont aujourd'hui extrêmement surpris de se retrouver face a la justice alors que des GPS avertissant des zones de danger sont autorisés par la réglementation.

Vous aviez conscience de faire quelque chose d'illégal.

Non, on a vraiment du mal à comprendre.

Sont-ils des avertisseurs de radars ? Je ne crois pas. Sont-ils davantage des assistants d'aide a la conduite ? Oui, je crois et c'est cela qu'on va essayer de démontrer tout à l'heure.

Que dit précisément la loi, comment l'interpréter ? Le procureur souhaite lutter contre la très forte hausse du nombre d'accidents en Aveyron. En théorie, les prévenus risquent 1500 euros d'amende et un retrait de six points sur leur permis.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne