Rio Tinto : l'usine finalement rachetée ?

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Jean-de-Maurienne, les 430 salariés du site sont soulagés. Les salariés de Rio Tinto ont retrouvé le sourire. Après 16 mois d'angoisse, leur usine d'aluminium serait sauvée, rachetée par un groupe allemand et par EDF. Un soulagement. On a tous une maison, des crédits, des enfants à nourrir. C'est super. Maintenant faut voir ce qu'il veut faire. Tant qu'il n'y a rien de signe, je m'emballe pas. Rien n'est encore officiel, mais les 470 employés de l'usine à St-Jean-de-Maurienne voient le bout du tunnel. En mars 2012, le groupe anglo-saxon, propriétaire du site, décide de le vendre, la production n'est plus assez rentable dit-il. Salariés et pouvoirs publics se mobilisent. Il faut trouver un repreneur pour éviter la fermeture. Ce matin, les syndicats apprennent qu'un industriel allemand reprendrait le site avec EDF et une participation de l'Etat. Les syndicats restent prudents. On attend des annonces officielles de Trimet et du gouvernement. Pour annoncer cette reprise définitive du site par le groupe allemand Trimet associé au français EDF, il manquerait encore l'autorisation de l'Union européenne.

Jean-de-Maurienne, les 430 salariés du site sont soulagés.

Les salariés de Rio Tinto ont retrouvé le sourire. Après 16 mois d'angoisse, leur usine d'aluminium serait sauvée, rachetée par un groupe allemand et par EDF. Un soulagement.

On a tous une maison, des crédits, des enfants à nourrir. C'est super. Maintenant faut voir ce qu'il veut faire.

Tant qu'il n'y a rien de signe, je m'emballe pas.

Rien n'est encore officiel, mais les 470 employés de l'usine à St-Jean-de-Maurienne voient le bout du tunnel. En mars 2012, le groupe anglo-saxon, propriétaire du site, décide de le vendre, la production n'est plus assez rentable dit-il. Salariés et pouvoirs publics se mobilisent. Il faut trouver un repreneur pour éviter la fermeture. Ce matin, les syndicats apprennent qu'un industriel allemand reprendrait le site avec EDF et une participation de l'Etat. Les syndicats restent prudents. On attend des annonces officielles de Trimet et du gouvernement.

Pour annoncer cette reprise définitive du site par le groupe allemand Trimet associé au français EDF, il manquerait encore l'autorisation de l'Union européenne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne