Personnes âgées : aides technologiques pour rester chez soi

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

La loi Dépendance est discutée à partir d'aujourd'hui à l'Assemblée. Le but : maintenir les personnes âgées chez elles autant que possible. On verra dans un instant avec Lorraine Gublin de quelles aides elles peuvent bénéficier. Mais d'abord, comment transforme-t-on un logement pour qu'il soit adapté ? Ce sont les technologies de demain qui aident nos anciens. Elle vient de fêter ses 80 ans. Jacqueline vit seule, en toute autonomie. Ici, c'est la maison qui obéit aux besoins de la propriétaire. Je me lève, ça s'allume automatiquement. Les toilettes s'allument également. Le secret : ces boîtiers électroniques. Ils suivent pas à pas cette infirmière à la retraite. Contrôle de la lumière et du gaz. Quand Jacqueline est distraite, un autre détecteur veille sur elle. J'étais en train de faire la cuisine, il y avait un mauvais fonctionnement du robinet. J'ai eu un coup de fil. L'appareil alerte directement le service de télé-assistance. Le principal est que tout aille bien. Ce système fonctionne 24h/24. Je suis tranquille de ce côté-la, je n'ai pas cette crainte. Le prix de cette tranquillité: 80 euros par mois, dont la moitié est pris en charge par le Conseil général. 1000 personnes bénéficient de ce pacte dans la Creuse. Coût pour le département: 2,5 millions d'euros sur 5 ans. La chute entraîne la perte d'autonomie mais aussi des coûts importants pour la Sécu. La plupart des chutes sont des chutes hospitalisées. La Creuse, le département le plus âgé de France, joue la carte de la "Silver economy" l'économie des cheveux gris. Les élus ont décidé de faire du vieillissement un atout. Un Master international a été créé. On les appelle pudiquement les personnes vieillissantes. Une vingtaine d'étudiants apprend à mettre la technologie au service des personnes âgées. C'est le monde de demain, c'est à nous de créer ces métiers. A cause du vieillissement de la population, il y aura des débouchés. Une trentaine d'emplois En France, seuls 6% des logements sont adaptés à la vie quotidienne des personnes en perte d'autonomie.

La loi Dépendance est discutée à partir d'aujourd'hui à l'Assemblée. Le but : maintenir les personnes âgées chez elles autant que possible. On verra dans un instant avec Lorraine Gublin de quelles aides elles peuvent bénéficier. Mais d'abord, comment transforme-t-on un logement pour qu'il soit adapté ? Ce sont les technologies de demain qui aident nos anciens.

Elle vient de fêter ses 80 ans. Jacqueline vit seule, en toute autonomie. Ici, c'est la maison qui obéit aux besoins de la propriétaire.

Je me lève, ça s'allume automatiquement. Les toilettes s'allument également.

Le secret : ces boîtiers électroniques. Ils suivent pas à pas cette infirmière à la retraite. Contrôle de la lumière et du gaz. Quand Jacqueline est distraite, un autre détecteur veille sur elle.

J'étais en train de faire la cuisine, il y avait un mauvais fonctionnement du robinet. J'ai eu un coup de fil.

L'appareil alerte directement le service de télé-assistance.

Le principal est que tout aille bien.

Ce système fonctionne 24h/24.

Je suis tranquille de ce côté-la, je n'ai pas cette crainte.

Le prix de cette tranquillité: 80 euros par mois, dont la moitié est pris en charge par le Conseil général. 1000 personnes bénéficient de ce pacte dans la Creuse. Coût pour le département: 2,5 millions d'euros sur 5 ans.

La chute entraîne la perte d'autonomie mais aussi des coûts importants pour la Sécu. La plupart des chutes sont des chutes hospitalisées.

La Creuse, le département le plus âgé de France, joue la carte de la "Silver economy" l'économie des cheveux gris. Les élus ont décidé de faire du vieillissement un atout. Un Master international a été créé.

On les appelle pudiquement les personnes vieillissantes.

Une vingtaine d'étudiants apprend à mettre la technologie au service des personnes âgées.

C'est le monde de demain, c'est à nous de créer ces métiers.

A cause du vieillissement de la population, il y aura des débouchés.

Une trentaine d'emplois En France, seuls 6% des logements sont adaptés à la vie quotidienne des personnes en perte d'autonomie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne