PODCAST. La semaine où l'Amérique s'est embrasée

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Depuis la mort de George Floyd le 25 mai, les États-Unis vivent une véritable explosion sociale. Dans ce nouvel épisode de "Washington d'ici", les correspondants à Washington reviennent sur cette semaine historique, entre l'émotion et la colère.

Tout a démarré avec la mort de George Floyd, cet Afro-Américain de 46 ans décédé le 25 mai dernier à Minneapolis. Le monde entier a vu la vidéo de ce policier blanc, Derek Chauvin, appuyer avec son genou sur le cou et la nuque de Floyd pendant près de neuf minutes. Très vite, à Minneapolis puis dans tout le pays, des manifestations ont lieu, tous les jours ou presque, dans un mélange d'émotion et de rage, alimentées par une puissante colère de fond contre le racisme et les violences policières.

Retour sur une semaine d'embrasement

Si Minneapolis est l'épicentre de cette colère, les foules convergent dans tout le pays, New York, Los Angeles, Atlanta, Huston, la ville de naissance de George Floyd, et jusqu'à des villes moins importantes comme Des Moines et tant d'autres, avec des manifestations dans chacun des cinquante États, des émeutes aussi, et une trentaine de villes placées en couvre-feu, dont la capitale fédérale Washington DC.

Ces manifestations contre les violences policières et pour l'égalité sont aussi un sujet évidemment très politique. Et explosif, à cinq mois de l'élection présidentielle américaine, avec un Donald Trump en président de "la loi et l'ordre", bible à la main, et face à lui son challenger démocrate, Joe Biden, qui se veut plus rassembleur.

Dans ce 17e épisode de "Washington d'ici", les correspondants de nos cinq radios vous font vivre et décryptent cette explosion sociale de l'intérieur, de DC à Minneapolis. Et pour enregistrer ce dix-septième épisode, ils se sont donné rendez-vous chez Ben's Chili Bowl, à Washington DC. Encore une fois ! D'abord parce que les hot-dogs y sont délicieux, ensuite parce que, dans la capitale américaine, c'est un haut lieu de la communauté noire. Et l'un des rares restaurants de U Street à ne pas voir brûlé pendant les émeutes de 1968, après la mort de Martin Luther King.

Vous êtes à nouveau en ligne