Etats-Unis : Jill Biden, une "première dame" qui pourrait révolutionner la fonction

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les yeux du monde entier sont rivés depuis une semaine sur Joe Biden. Mais aussi sur sa femme, Jill, qui a joué un rôle-clé dans l'élection du 46ème président des États-Unis. .

Les États-Unis ont un nouvel homme fort depuis ce samedi 7 novembre : le démocrate Joe Biden, élu 46ème président américain. Et à ses côtés, il y a sa femme, Jill Biden, qui a fait campagne sans relâche pendant des mois. 

C’est peut-être le nouveau président qui en parle le mieux. Pendant la campagne des primaires démocrates, il le revendiquait avec fierté : "Je m’appelle Joe Biden, je suis le mari de Jill Biden." Admiratif, reconnaissant envers son épouse qu’il met au premier plan.

Jill Biden a 69 ans. Enseignante, elle a interrompu sa carrière pour devenir mère de famille, avant de reprendre ses études pour décrocher un doctorat en éducation. Elle donne toujours des cours d’anglais dans une université de Virginie, notamment "à de nombreux migrants et refugiés, confiait-t-elle récemment à la chaîne CBS. J’aime leurs histoires, et j’aime pouvoir les aider sur le voie du succès." Elle pourrait d'ailleurs entrer dans l’histoire, parce qu'elle a l’intention de poursuivre son activité : "je vais continuer d'enseigner, c'est important." Elle se voit première dame sans sacrifier son métier, ce qui serait inédit.

Une femme de caractère et un soutien de poids pour son mari

Jill Biden, c’est le dynamisme qui parfois faisait défaut à Joe Biden ces derniers mois. Elle fait aussi de la politique, à sa manière. Elle sait gérer les questions qui fâchent avec poigne, comme pendant cet entretien avec CNN, alors que le journaliste l'interroge sur les "gaffes" de son mari. Jill Biden l'arrête tout de suite, "Après Donald Trump, vous ne pouvez même pas prononcer le mot 'gaffe'. Non, c'est fini !

Jill Biden a aussi labouré le terrain, elle a multiplié les meetings pour soutenir son mari. Clairvoyante sur le niveau de division du pays, fin octobre en Caroline du Nord, elle appelait à l'unité : "On n’est pas d’accord sur tout et on a pas à l'être. Mais on peut toujours s’aimer et se respecter les uns et les autres." 

Elle est un appui solide dans la vie publique et politique de Joe Biden, mais plus encore dans l’intimité. Le couple présidentiel s'est marié en 1977, cinq ans après l’accident de voiture qui a coûté la vie à la première épouse de Joe Biden et leur petite fille. Dans ses mémoires, Joe Biden dit d'elle : "Elle m'a redonné la vie."

Qui est le "second gentleman", le mari de Kamala Harris ?

Il y a donc la "first lady", mais aussi le "second gentleman" : l'époux de Kamala Harris, la première femme vice-présidente de l’histoire des États-Unis. Douglas Ehmoff devient le premier "second gentleman" américain.

Il a 56 ans, né au sein d’une famille juive de Brooklyn, il est avocat spécialisé dans le droit du divertissement. Il a pris un congé sans solde fin août, quand Kamala Harris a été nommée colistière de Joe Biden. Douglas Ehmoff a eu deux enfants d’un premier mariage. La famille recomposée, "une famille moderne", dit Kamala Harris, qui se fait appeler "Momala" par les enfants de son mari. 

Vous êtes à nouveau en ligne