Dans le quartier du Pijp à Amsterdam

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Nous poursuivons notre balade dans la capitale des Pays-Bas. Ingrid Pohu est partie à la rencontre de Caroline Moisson, auteure du guide "Amsterdam, l’essentiel". Elle nous fait découvrir "son" Amsterdam…

"Alors là nous sommes dans le quartier du Pijp dans le sud de la ville, pas très loin du museum plein."

Voici le quartier où vit Caroline. Le Pijp , un petit bourg métissé, charmant très prisé par les étudiants. Ambiance bohême .

"C’est un quartier très populaire qui bouge beaucoup, avec ses bars, restos, petites boutiques." Passage obligé, My Little Pâtisserie. "Je suis française ça fait du bien d’avoir des vrais croissants !" Et comme nous le confirme la vendeuse "les éclairs, les choux et chouquettes" sont à savourer assis en tailleur autour du lac du Sarphatipark juste à côté.

"Alors maintenant je vous emmène dans le marché Albert Cuyp et surtout on va déguster une petite spécialité locale, les Poffertjes." Des minis pancakes cuits sous nos yeux. Même conséquence que pour les carrés d’une tablette de chocolat : on en mange un, on en mange dix. Et dessus on met "du beurre, du sucre donc c'est tout à fait régime !" Sur les trois kilomètres d’étals de ce gigantesque marché, tiens, on croise Alain Bernard. "Et ce n’est pas le nageur, je suis déjà allée lui demander, ce n’est pas lui." Non, cet Alain Bernard là, est boucher !

Et puis retour dans le centre d’Amsterdam. A Kaizersgraacht, on reluque un pouf en laine dans la boutique déco, Matter of Material . Pour rien au monde, Arne, son responsable ne quitterait Amsterdam. "Certes, c’est une petite capitale mais vous avez toutes les formes d’art ici, il y a une grande diversité culturelle."

Illustration avec le NDSM que l’on rejoint en 15 minutes en ferry.

(© C.Moisson)

Le NDSM un endroit surprenant situé sur la rive nord d’Amsterdam

"C'est l’ancien chantier naval d’Amsterdam ." Lequel a été transformé en un immense espace culturel. "Comme seul Amsterdam sait le faire en gardant ce côté underground un peu hippie." Pas banal en effet d’être accueilli par un vrai sous-marin époque URSS ! On débarque dans un No man’s land équivalent à dix terrains de football. Décoré de graffitis, le hangar est ouvert aux expos, concerts et festivals. "Et puis on se balade et on ne sait pas sur quoi on peut tomber ! " On peut tomber sur le "Pllek" un bar qui s’est aménagé une plage artificielle, vue sur la rivière. Allez, il n'y a  plus qu’à s’allonger… "Et juste se laisser…bercer", conclut Caroline. 

**EN PRATIQUE

Guide "Amsterdam, l'essentiel" (Editions Normades), par Caroline Moisson.**