Au secours des éléphants en Thaïlande

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

« Voyage, mode d’emploi » donne aujourd’hui la parole à une lycéenne, Bréanne, 17 ans, partie faire un séjour humanitaire en Thaïlande, dans le domaine de la protection des éléphants.

(© BM)

 " La Thaïlande c’est avant tout un fort patrimoine culturel. Avec les éléphants, les temples, les moines…C’était vraiment un pays que j’avais envie de découvrir. Et comme je n’étais jamais allée en Asie auparavant… " 

Et c’est Bréanne, 17 ans, qui joue les guides. Cette franco-mexicaine nous fait partager ses bons plans en Thaïlande, où elle a voyagé avec une amie pendant un mois l’été dernier. C’est pour vivre une aventure hors du commun que Bréanne a " osé ", comme elle dit, participer à une mission humanitaire avec l’association "Green Lion". Bréanne s’est ainsi occupée d’éléphants dans une réserve à Umphang au milieu des montagnes dans le Nord du pays. Bienvenue dans la Thaïlande sauvage encore préservée -ouf !- du tourisme de masse…

" C’est une ville très nature, peu urbanisée. Il y a des grandes cascades d’eau et beaucoup de végétation. Et de très beaux paysages, c’est vraiment un site que je recommande ". 

(© BM)

Bréanne a passé une semaine complète auprès d’éléphants en semi-liberté.

" Avec une machette, on coupait donc les bananiers puis on nourrissait les éléphants. Ensuite, on allait les baigner dans la rivière juste à côté. On était sur leur dos ! Ça m’a beaucoup plu de me baigner avec les éléphants, c’est très impressionnant. Ce sont des animaux très calmes, si on est doux avec eux, ils sont doux avec nous ". 

(© BM)

A Umphang, notre lycéenne a dormi dans un campus assez rudimentaire. Pas de quoi l’effrayer.

"Pendant tout mon séjour, je me suis douchée à l’eau froide, au début c’est un peu particulier mais on s’habitue et puis au moins ça nous réveille bien le matin ! Avec le climat chaud, on n’attrape pas froid".

Pour participer à ce programme humanitaire pour la sauvegarde des éléphants, il faut avoir 16 ans minimum.

"Je le conseille à tous ceux qui sont un peu aventuriers au fond d’eux qui ont envie d’essayer quelque chose de différent et d’unique. Et dans ce cas-là, on ne recherche pas le confort, on recherche vraiment l’aventure, le vrai".

Pour se rendre dans la ville de Kanchanaburi, à l’ouest de la Thaïlande, Bréanne a voyagé en Truck. Un "tape-fesse" très convivial ! " C’est une sorte de camionnette qui est ouverte, on s’assoit tous les uns en face des autres et on discute".

"Kanchanaburi est une très belle ville, un endroit très agréable le soir. Il y a des cascades d’eau à proximité, où l’on peut se baigner au milieu des poissons ! "

Et le soir à Kanchanaburi c’est très animé. "  Je conseille le bar reggae du centre. J’ai également apprécié la nourriture en Thaïlande, elle est très saine, peu calorique, c’est l’occasion de perdre des kilos et aussi de se faire plaisir". N otamment avec les nouilles.  "On peut en trouver partout et pour pas cher. A toutes les saveurs, poulet, crevettes…Vraiment il y en a pour tous les goûts".

Bréanne a croqué des brochettes un peu spéciales… "J ’ai testé le scorpion. C’était assez bizarre, un gout plutôt salé, assez croustillant. J’ai juste osé manger les pinces et la queue. Je n’ai pas pu faire plus mais c’est un bon souvenir, c’est à faire".

(© BM)

En Thaïlande, Bréanne a aussi croqué dans le fruit du dragon. "Son  goût ressemble au litchi mais de l’extérieur on dirait une petite boule avec plein de pics, c’est assez impressionnant, comme un oursin. J’ai adoré ! "

Sans compter les billets d’avion, Bréanne aura déboursé 1.500 euros pour un mois. Son séjour a été orchestré par l’organisme WEP (World Education Programme).

 

 

Retrouvez le témoignage de Bréanne sur son expérience en Thaïlande dans le nouveau numéro du magazine Phosphore qui publie une enquête sur cinq adolescents partis voyager en Asie.

Vous êtes à nouveau en ligne