Carte postale. Le pastel des teinturiers de Toulouse

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout l'été, Sophie Jovillard vous emmène sur les routes de France à la rencontre d'un lieu. Aujourd'hui, le pastel des teinturiers de Toulouse.

Nougaro parlait de l’eau verte du canal du Midi et de la brique rouge des Minimes. L’emblème de la ville est la violette mais Toulouse voit la vie en rose, comme vous le savez… et en bleu.

Comme pour faire écho au bleu du ciel, c’est avec le pastel que la ville élargit sa palette. Toulouse doit son surnom de ville rose, enfin "rauze", à l’utilisation de la brique dans son architecture. Vous n’aurez aucun mal à admirer les façades dont les couleurs peuvent même se décliner dans des teintes orangées.

Derrière Le Pastel des teinturiers ou Isatis tinctoria, il y a une plante qui trouve ses origines en Asie, mais aussi en Europe du sud-est. Ce sont ses vertus médicinales qui l’ont rendue populaire dès l’Antiquité. Mais avec cette jolie petite fleur jaune et surtout ses feuilles vertes, on obtient un bleu unique. Une couleur végétale très particulière, qui fut même teinte royale pour les plus belles tenues des rois de France.

Le Pastel de Toulouse fit la fortune de la ville

C’est dans toute l’Occitanie, dans le légendaire pays de Cocagne, que va se développer le commerce du bleu. Toulouse deviendra un véritable carrefour commercial. Si l’architecture toulousaine est aussi remarquable aujourd’hui, c’est en partie grâce aux riches commerçants de pastel qui firent construire des hôtels particuliers et autres merveilles. Je vous propose de vous arrêter à l’Hôtel d’Assézat, ancienne propriété d’un marchand toulousain qui fit fortune avec le pastel au XVIe siècle.

Si vous souhaitez aller plus loin dans la découverte de cet or bleu, dirigez-vous vers l’Office de Tourisme qui organise des visites autour de ce patrimoine et des lieux qui mettent en valeur le pastel.

Par magie, apparaît le bleu indigo...

Je vous conseille vivement les ateliers animés par Annette Hardouin aux Minimes. Vous assisterez à une démonstration de teinture et pourrez vous-même vous essayer à l’exercice. Vous allez repartir avec un foulard teint par vos soins. Il s’agit vraiment d’une opération magique : comment ces bains réalisés avec les feuilles de pastel peuvent donner des nuances de bleu aussi variées par oxydation au contact de l’air ? Vous en parlerez avec Annette, elle en connaît tous les secrets et se considère comme une ambassadrice de ce trésor. Vous pourrez tout savoir sur les boules de cocagne, comptez une trentaine d’euros pour cet atelier très convivial.

Un petit tour au musée qui lui est aussi dédié à Labège et qui propose des visites sur le thème et des ateliers, mais également des soins de beauté naturels aux extraits de feuille de pastel : on parle de pastelothérapie. Un spa dans lequel vous devriez voir la vie en bleu.

Vous êtes à nouveau en ligne