Vous en parlerez aujourd'hui. Hillary Clinton est-elle en voie de disparition ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin repère une info à partager à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, les autorités du Texas voudraient supprimer Hillary Clinton des programmes d'histoire dans les collèges et les lycées.

De toute évidence, le Texas voudrait que Hillary Clinton n'ait jamais existé. Vendredi 14 septembre, le Texas Board of Education, administration du gouvernement du Texas qui s’occupe de l’éducation publique, à décidé de revoir les programmes d’histoire du primaire au lycée. Un petit coup de chiffon par-ci par-là et on en parle plus. Ainsi, selon le Dallas Morning News, les autorités du Texas aimeraient supprimer des personnalités du programme d’histoire, ne les jugeant pas essentielles à l’apprentissage de l’épopée américaine, et parmi elles, Hillary Clinton.

Mais au fait, qui est Hillary Clinton ?

Ça me dit quelque chose. Première femme à décrocher l’investiture d’un grand parti pour l’élection présidentielle, secrétaire d’État de 2009 à 2013, sénatrice de New-York de 2001 à 2009 et Première dame entre 1993 et 2001, je comprends que son CV soit moins chargé que Kim Kardashian, car il lui manque une sex-tape.Une erreur de communication à notre époque mais pour le Texas, les lycéens perdraient du temps à apprendre le parcours d’Hillary Clinton.

Ce n’est pas la seule puisque d’autres personnalités pourraient prendre un coup de Tipp-Ex, à savoir Helen Keller, première américaine sourde et aveugle à obtenir un diplôme universitaire et socialiste, mais également le philosophe Thomas Hobbes, considéré comme l’un des père du libéralisme qui pourrait être remplacer par Moïse. Selon l’administration texane, le prophète est l’un des personnages essentiel à la fondation de l’Amérique et à la vie politique américaine, il est donc normal qu’il soit étudié comme tel. Et ce n’est pas faux, Moïse divisait la mer rouge en deux, Donald Trump divise ses sondages par deux, il y a quelque chose.

Une habitude de dictatures

De son côté Hillary Clinton n’a pas réagi mais les réseaux sociaux s’en sont chargés pour elle. Rétrograde pour les uns ou scandaleux, d’autres approuvent la décision de cet État conservateur de supprimer des mémoires l’adversaire de Donald Trump. En même temps, être effacé de son vivant, c’est une consécration. Une sorte d’intronisation à la pléiade de l’amnésie, c’est chic.

Étonnant réflexe que d’effacer des personnalités. Ça rappelle les habitudes de certaines dictatures et l’une des spécialités de la Russie soviétique. Staline faisait effacer ses amis tombés en disgrâce et le despote, autrefois entourés, se retrouvait tout seul sur le même cliché mais sans plus personne à côté de lui. Seul avec sa moustache, Staline s’ennuyait beaucoup lors des soirées diapos, mais ça c’est une autre histoire.

Le vote de ces suppressions doit encore être confirmé en novembre mais si c’est le cas, le Texas devrait avoir en tête ce conseil d’informaticien : "Attention à ne pas trop reformater la mémoire, vous risquez un bug !"

Vous êtes à nouveau en ligne