Vous en parlerez aujourd'hui . Surendettement : cachez ces alertes que je ne saurais voir

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin repère une info à partager à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, un projet de loi sur le surendettement.

Les associations de consommateurs s'inquiètent d'une loi actuellement en discussion au parlement. Deux dispositions réduiraient les alertes de risques d'endettement sur les publicités d'organismes de crédits. Pour trouver ces dispositions, il faut fouiller dans une loi à l’appellation particulièrement glamour : "Projet de loi portant suppression de sur-transpositions de directives européennes en droit français". Poésie quand tu nous tiens ! Dire que ma mère voulait que je sois fleuriste… Bref, dans ce projet de loi, deux mesures concernent les publicités pour les crédits à la consommation explique le journal Le Parisien / Aujourd’hui en France .

Il y aurait tout d’abord moins de place sur ces publicités pour l’avertissement légal expliquant : "Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager". Celui-ci serait toujours présent, mais écrit en plus petits caractères. Quant au gros encart indiquant le taux ou le montant réel du crédit, celui-ci devrait même disparaître et n’aurait plus à apparaître sur les publicités des crédits à la consommation. Chez Renault, il parait que l’on ne s’était pas encore mis à la page, Carlos Ghosn n’avait pas vu les petites lignes parlant du fisc japonais, quelle bévue !

Certains plongent dans la précarité à cause du surendettement 

Du côté du gouvernement on se défend de toutes influence des lobbies et le ministère des Affaires européennes explique : "On ne cherche pas à libéraliser à tout crin, mais à supprimer des règles inutiles, comme la répétition d’informations sur les publicités". C’est vrai que c’est pénible toutes ces informations pour nous prémunir du surendettement, ça nous empêche d’avoir de belles publicités, toutes jolies pour bloquer les courants d’air quand on ne peut plus payer le chauffage. Ce n’est pas parce qu’on plonge dans la précarité à cause du surendettement qu’on ne peut pas avoir du goût.

Étrangement, disent les associations de consommateurs, on retrouve le même argument chez l’Association française des sociétés financières (ASF) qui se félicite d’évolutions législatives: "Bienvenues car ces contraintes rendaient très compliquée la conception de publicités lisibles". En gros, s’il vous plaît, pensez à nos graphistes, vos histoires de fenêtres là ! Rejetées par le Sénat, il reste à l’Assemblée nationale à se pencher dessus. Il y a de grandes chances que ces mesures ne figure pas dans la loi. En France, il y a 181 000 dossiers déclarés de surendettement mais bientôt on pourrait ne plus les voir, c’est écrit en tout petit...

Vous êtes à nouveau en ligne