Vous en parlerez aujourd'hui. Simone Veil sera-t-elle la prochaine Marianne ?

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin repère une info à partager, à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, la proposition de la sénatrice du Bas-Rhin, Fabienne Keller. Elle voudrait que la prochaine Marianne prenne les traits de Simone Veil, alors que des portraits de l'ancienne ministre ont été dégradés cette semaine à Paris par des tags antisémites.

Marianne pourrait prendre les traits du visage de Simone Veil. Une idée lancée mardi 12 février par Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin, comme une réponse aux tags antisémites découverts ce week-end à Paris sur des boutiques ou sur des portraits de l’ex-présidente du Parlement européen, déportée pendant la Seconde Guerre mondiale, qui repose au Panthéon. La sénatrice du parti Agir répond également à d'autres dégradations comme ces arbres plantés à la mémoire d’Ilan Halimi et retrouvés sciés et puis ce chiffre officiel montrant une hausse de 74% des actes antisémites en France, en 2018. 

Célébrer ceux qui avancent malgré la nuit 

Saluée par beaucoup, la proposition a été évoquée mardi à l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement. Il faut maintenant attendre l’avis de l’Association des maires de France (AMF) qui choisit le visage de cette figure symbolique de la République française.

À la Révolution française, il faut matérialiser la République, l’incarner et l’abbé Grégoire planche sur le sujet. Il  propose que la liberté soit représentée sous les traits d’une femme vêtue à l’antique, debout, tenant de la main droite une pique surmontée du bonnet phrygien ou bonnet de la liberté. On choisit un prénom populaire, Marianne, (aujourd’hui ce pourrait être Sharon) et le tour est joué. S’en suivra un long débat pendant des années sur la profondeur du décolleté de Marianne et sur la fonction du sein nourricier de la République. En 1877, les bustes de Marianne apparaissent officiellement dans les mairies. Aujourd’hui on en trouve dans les bâtiments administratifs et les écoles mais ce n’est pas obligatoire. Cela relève d’une coutume républicaine.

De la Marianne anonyme à Brigitte Bardot

Mais les visages des Marianne ont longtemps été anonymes. Chacun devait pouvoir se projeter donc on ne savait rien de celles qui prêtaient leurs traits aux sculpteurs. En 1969, tout change. On assume de prendre Brigitte Bardot comme modèle et désormais Marianne sera une femme célèbre et reconnue du grand public. Michèle Morgan, Mireille Mathieu, Catherine Deneuve, Inès de La Fressange, Laetitia Casta et Sophie Marceau ont prêté leur visage.

Depuis quelques temps, le visage de Marianne est redevenu anonyme à cause d’une mauvaise publicité. En 2003, une association dissidente de l’AMF choisit pour représenter Marianne, le visage de la présentatrice Evelyne Thomas. Un choix étrangement peu apprécié par les maires, mais pourquoi ?

Jusqu’à présent le symbole de la République n’a jamais pris le visage d’une personne disparue. Ce serait une première. Étonnante époque où seuls les absents peuvent nous protéger du pire, parce qu'ils l’ont connu. Certains actuellement l’ont oublié.

RADIO FRANCE

Vous êtes à nouveau en ligne