Vous en parlerez aujourd'hui. Quand une femme presque nue fait la pub de son copain pendant la finale de la Ligue des champions

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, franceinfo repère une info à partager, à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, une image a marqué les téléspectateurs de la finale de la Ligue des champions.

Tous ceux qui étaient devant leur écran pour la finale de la Ligue des champions en parlent depuis samedi 1er juin. En même temps, il n'y a pas grand chose à dire sur le match, sans grand intérêt. Non, ça parle beaucoup de la 18e minute et de l'intrusion sur le terrain d'une spectatrice, une "streakeuse". On a plutôt l'habitude de voir des Anglais pas frais débarquer dans le plus simple appareil, courant à toute allure. Mais là, il s'agit d'une femme en maillot de bain noir une pièce. Ni supportrice de Liverpool, ni de Tottenham, elle a offert à son ami Vitaly un coup de pub géant pour son site internet. Un site de canulars parfois coquins, voire carrément pornos. 

Kinsey Wolanski – ou plutôt Kinsey Sue – est un mannequin russe bien connu des réseaux sociaux. Avant le match, elle avait quand même 300 000 abonnés sur son compte Instagram (ce n'est pas rien) mais elle a surtout terminé la soirée à près de deux millions d'abonnés. Dès que l'info est remontée sur les réseaux sociaux, des centaines de milliers de personnes sont allées suivre le phénomène sur les réseaux. À tel point qu'elle a fini par supprimer son compte. 

Le petit spectacle de Kinsey était évidemment soigneusement préparé par son petit copain. Vitaly Zdorovetskiy, un youtubeur americano-russe, star des réseaux, s'était fait connaître en 2014 en entrant sur la pelouse en finale de la Coupe du monde de football. Décidément, c'est une obsession ! Il était lui même dans les gradins du stade Metropolitano à Madrid pour filmer ça et le relayer sur les réseaux. Rémi Gaillard, qui faisait des vidéos marrantes qui ont cartonné pendant des années sur internet, avait pour slogan :  "C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui". Visiblement, certains l'ont pris au pied de la lettre.   

Vous êtes à nouveau en ligne