Vous en parlerez aujourd'hui. Les associations craignent une baisse de l'aide alimentaire fournie par l'Union européenne

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin repère une info à partager, à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, la crainte des associations concernant la baisse des subventions européennes.

Les Restos du coeur mais également la Croix-Rouge et la Banque alimentaire craignent une baisse des subventions dans le prochain budget de l'Union européenne. L'avis des candidats sur le sujet est attendu.

Qu'est-ce qu’on fait avec un euro ? À Paris, c’est le prix d’un nem. Mais un euro c’est aussi, pour chacun d’entre nous, notre contribution au Fead. Le Fead, c’est le Fonds européen d’aide aux plus démunis. Il permet de lutter contre la pauvreté en Europe et soutient notamment en France, le Secours populaire, la Banque alimentaire ou les Restos du cœur. Les Restos du cœur par exemple : sans ce fonds d’aide européen, un quart des repas ne pourraient pas être servis. Aujourd’hui, ces associations s’inquiètent car le futur budget de l’Union européenne pour 2021-2027 annonce un chiffre en baisse. Le fonds d’aide aux plus démunis, c’est actuellement 3,8 milliards d'euros, il pourrait passer à deux milliards. La faute à une nouvelle organisation tentaculaire et incompréhensible mais qui a une logique certaine pour quelques hauts fonctionnaires européens (enfin normalement). Les associations ont demandé aux principaux candidats d’intervenir en cas d’élection mais les discussions reprennent fin 2019, d’ici là, l’angoisse monte.

Coluche avait vu juste

Notre pays touche 587 millions de ce fonds d’aide contre la pauvreté, qu’il consacre au soutien alimentaire. L’Hexagone est le 3e pays bénéficiaire mais, vous le savez, en France, on aime partager avant tout et donner au reste de l’Europe. C’est notre modestie et ce fonds d’aide, c’est une idée française. En 1987, Coluche demande à Jacques Delors, président de la Commission européenne, d’ouvrir les frigos de l’Europe. Création d’un fonds d’aide qui va peu à peu devenir indispensable aux plus démunis, 113 millions de personnes en 2018.

Sans ce fonds, difficile de surnager et si les Restos du cœur ou la Banque alimentaire sont inquiets, c’est que le temps n’est pas vraiment favorable aux aides ou subventions. La transformation de l’ISF a fait chuter les dons puisqu’il n’y a plus d’avantage fiscaux à le faire, hausse de la CSG et maintenant une possible baisse de la part de l’UE. Un exemple concret de ce qui peut se faire à 27, c’est ça ou encore plus de chansons des Enfoirés, donc il faut agir.  

RADIO FRANCE
 

Vous êtes à nouveau en ligne