Vous en parlerez aujourd'hui. Aides fiscales pour loger des SDF : un souci pour le gouvernement

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin repère une info à partager à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, les aides fiscales pour loger des SDF.

L'Assemblée nationale est pour, le Sénat est intéressé mais le gouvernement est contre. Aider fiscalement les propriétaires de logement qui mettent leurs biens à dispositions des associations, ça ne plaît pas à Gérald Darmanin. Explications : en matière de questions sociales, on se dit qu’il y a quelque part dans le monde une personne avec une poupée vaudou du gouvernement Philippe et qui s’amuse avec, parce que là, ça enchaîne !

En octobre dernier l’Assemblée nationale adopte deux amendements de députés LREM. L’un prévoit une déduction d’impôts à tous propriétaire d’un bien immobilier le mettant gracieusement à disposition des associations d’accueil et de logement de personnes défavorisées. L’autre amendement est également un allégement d’impôts dans le même domaine. Seul souci, le gouvernement est contre. Et là, les deux députés En Marche se retrouvent un peu comme deux clients à la porte d’une boite de nuit, ils connaissent le patron mais le videur ne veut pas les laisser rentrer. Et ce videur c’est Gérald Darmanin. Après leur avoir expliqué qu’il comprenait leur colère : "Moi aussi j’en ai marre de payer 200 euros le mojito comme n’importe qui en boite", le ministre des Comptes public explique que les textes sont mal fichus et qu’il y aurait risque d’optimisation fiscale. "Optimisation fiscale et Emmaüs", ça sonne mal ou alors "Emmaüs Panama", on optimise sur les matelas de plage l’Abbé Pierre. 

Un local n’est pas un logement !

Malgré l’avis du gouvernement, ces deux amendements sont votés et sont désormais examinés par le Sénat dans le cadre de l’examen du budget 2019 mais le gouvernement n’abandonne pas et invoque désormais un risque de cumul d’avantage fiscaux sur le même sujet. En effet, si vous avez un local que vous mettez gratuitement à disposition pour l’accueil, cela vous donne droit à une ristourne. Seul souci, un local n’est pas un logement explique l’un des députés à l’origine du texte. Un logement est fait pour y habiter, un local pour entreposer. Et le mieux quand on héberge quelqu’un, c’est de ne pas lui proposer de dormir sur l’étagère, qui n’est pas encore fixée. Pour l’instant, le Sénat pencherait du côté de ces amendements et y verrait une manière de répondre et de résoudre cette équation : 2,8 millions de logements vacants, 120 milles SDF…on peut comprendre l’inquiétude du gouvernement, le mal logement est un problème nouveau… la preuve :

Lionel Jospin : "Je m'engage à approfondir la lutte contre les exclusions, pour aller vers vers cet objectif : zéro SDF"

Nicolas Sarkozy : "Je veux, si je suis élu président de la République, que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir."

Emmanuel Macron : "Je ne veux plus, d'ici la fin de l'année, avoir des femmes et des hommes dans les rues."

Lionel Jospin, 2002, Nicolas Sarkozy, 2007, Emmanuel  Macron, 2017 et Jean-Luc Mélenchon également 2017, zéro personne dehors, une promesse qui étrangement elle est bien au chaud en attendant la prochaine présidentielle. 

Vous êtes à nouveau en ligne