Vous en parlerez aujourd'hui. A Londres, des chiens manifestent pour un "ouaférendum" sur le Brexit

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin repère une info à partager à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, une manifestation de chiens (et leurs maîtres) contre le Brexit.

C’est un petit peu un coup de tonnerre dans le bol de croquettes. Ils étaient quelques milliers dimanche dans les rues de Londres pour ce premier "ouaférendum". Il s’agissait pour de nombreux propriétaires de manifester avec leur animal de compagnie pour dénoncer le Brexit. C'est que depuis quelques semaines, les chiens britanniques s’engagent contre le départ de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne, notamment avec une pétition et une vidéo réalisée par leurs soins. Enfin je crois. On y voit une vingtaine de canidés du royaume y exposer leur point de vue avec des pancartes et ce slogan : "The woofrendum is coming" : 

Si les chiens s’engagent ainsi et n’hésitent pas à sortir leur truffes humides de leur confortables canapés avec vue sur le téléviseur, c’est parce que le Brexit  les touchera directement. En effet, le nombre de vétérinaires présents sur le sol britannique pourraient baisser puisque la moitié de la profession est formée dans un autre pays de l’Union européenne. Même chose pour le passeport européen de l’animal de compagnie qui facilite les choses, ce qui ne sera plus le cas pour les canidés de Grande-Bretagne.

Dispersion sans heurts et avec os en plastique

La manifestation s’est achevée devant le 10, Downing Street, sans heurts. Malgré la présence de black bloc (quelques chats errants), la police a vidé les rues en envoyant une balle rebondissante et un os en plastique qui fait pouic-pouic.

Le coup du chien pour séduire ou sensibiliser le grand public à une cause n’est pas nouveau mais là, on passe un cap. Le monde animal est-il désormais le dernier recours ? Aujourd’hui, on s’interroge de plus en plus sur le bien-être des animaux, auront-ils droit au chapitre institutionnel ? Le service politique de franceinfo enquête déjà pour savoir quel est le niveau d’influence de Némo, le chien présidentiel, auprès de son maître concernant le futur remaniement, Vu la fidélité des chiens, au moins, ça serait des ministres qui n’ont pas envie de partir.

D’ailleurs pour parler de réchauffement climatique, le Giec devrait avoir un labrador comme porte-parole. Là, ça sensibiliserait au réchauffement climatique ! Les pro-Europe lâchent désormais les chiens. Est-ce que ce sera un "ouaférendum" sur un Brexit hard ou soft ? Réponse dans les prochains jours.

Vous êtes à nouveau en ligne