Sur les routes de l'Europe. L'Autriche s'attaque à l'anonymat sur internet

Chaque jour jusqu'au 26 mai, franceinfo prend la route pour faire découvrir nos voisins européens et dialoguer avec la jeunesse qui fera l'Europe de demain. 10 villes pour 10 étapes et un "roadtrip" européen. Aujourd'hui, l'Autriche qui entre en guerre contre le cyber harcèlement et propose une loi qui fait polémique. 

La route entre Budapest et Vienne est courte, deux heures. Juste le temps de découvrir une mer d'éoliennes et des îlots de raffinerie. Un étrange mélange qui transforme ce coin d'Europe en une immense zone industrielle du continent. Encore quelques kilomètres, un plein d'essence, un mauvais café avalé et nous voilà dans la capitale de l'Autriche. 

A Vienne, il est difficile de ne pas se prendre au cliché tant la capitale autrichienne baigne dans son jus. Pour synthétiser, on pourrait dire qu’on a l’impression d’être les petits personnages en haut d’une pièce montée. Ça, c’est la carte postale. Côté réalité, ici, on parle beaucoup d’internet et de la manière de lutter contre la haine en ligne, comme un peu partout en Europe. L’année prochaine, l’Autriche va devenir le premier pays européen à se doter d’une loi contre la cyber-haine en punissant l’anonymat sur internet. En France, Emmanuel Macron souhaite que l'Assemblée légifère dans ce sens, les Autrichiens franchiront le cap avant lui.

L'anonymat levé : dérapages assurés

L’idée, c’est de demander aux plateformes comptant plus de 100 000 utilisateurs en Autriche d’enregistrer les noms et les adresses des personnes postant des commentaires. S'ils publient un contenu haineux, on sait où ils se trouvent. Une association est vent debout contre ce projet de loi : Epicenter Works. Là-bas, j’ai rencontré une des responsables de l’ONG, Iwona Laub. Pour elle, si cette loi est appliquée, cela pourrait amener de graves problèmes de sécurité. "Si vous dites sur ce forum que je suis idiote, je vais pouvoir aller demander votre nom et votre adresse au site qui héberge ce commentaire et aller vous voir, explique Iwona Laub. Donc, ce qui pourrait se passer, c'est qu'une fois l'adresse obtenue, les gens pourront aller chez les autres et là, ce qui peut arriver ne sera pas forcément amusant."

Iwona Laub, une des responsables de l’ONG \"Epicenter Work\" à Vienne (Autriche).
Iwona Laub, une des responsables de l’ONG "Epicenter Work" à Vienne (Autriche). (ERIC AUDRA / RADIO FRANCE)

Rien à voir avec la France, où l’on parle d’interdire l’anonymat sur internet dans un cas bien précis, celui des pétitions en ligne. Là, ce serait généralisé et cela vise surtout les forums où l’on critique le gouvernement, donc il y un loup. De plus, le vrai problème, c’est l’harmonisation européenne de la lutte contre la haine sur le web, sinon ça ne marche pas. Si la loi autrichienne est appliquée, ça pourrait conduire à un sketch digne des Monty Python. "La seule manière pour que cette loi soit efficace, note Iwona Laub, c'est de demander aux sites internet d'enregistrer les noms d'internautes d'autres pays. C'est totalement absurde, comme c'est inconscient de ne s'attaquer qu'aux forums dont les utilisateurs ne parlent que de politique."

L’Autriche, pays de Sigmund Freud, est en pleine cyber crise existentielle. La route nous attend. Allez un petit commentaire sur l’hôtel... Ah ben non, bloqué ! Nous verrons la suite à Prague.


Venise, Zagreb, Budapest, Vienne, Prague, Copenhague, Hambourg, Amsterdam, Luxembourg, Bruxelles... franceinfo prend la route pour faire découvrir nos voisins européens et dialoguer avec la jeunesse qui fera l'Europe de demain. Tous les jours à la radio (6h50 et 8h25) et à la télévision canal 27 (9h10, 12h50 et 15h20) avec Jean-Mathieu Pernin et Christophe Gascard.

Vous êtes à nouveau en ligne