McDonald's au Salon du livre jeunesse de Montreuil : un étrange mélange des genres ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin repère une info à partager à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, la présence de McDonald's dans un salon littéraire.

Qui a dit que la littérature pour enfants n’était pas une affaire d’adulte ? Une pétition s’inquiète de la présence de McDonald's au prochain Salon du livre de la jeunesse de Montreuil fin novembre. Selon les auteurs de la pétition, l’événement "offre à McDonald’s un public de choix : des dizaines de milliers d’enfants à attirer dans ses restaurants et une stratégie de communication en or pour tenter de faire oublier les scandales successifs de malbouffe, d’évasion fiscale et d’exploitation des salariés".  Plus de 2 400 personnes ont déjà apporté leur soutien à ce message. 

Il est  vrai, qu’en général, on associe assez peu McDonald's à la littérature. Au moment de la fête du livre, on entend jamais ce genre de dialogue : "Bonjour, je vais vous prendre une liaison dangereuse avec un misérable s’il vous plaît. C’est parti, un filet-O-fish tartifeltte et le code pour les toilettes !". McDonald's et ses jouets en plastique dans ses sandwichs... C'est un petit peu l’image d’un monde où les livres n’existent pas, et on se trompe, et c’est pour cela qu’ils sont au salon du livre de Montreuil. Associée à Hachette, la multinationale met en avant son opération "Un livre ou un jouet" : 44 millions de livres distribués dans des endroits de France où pour les enfants c’est parfois le seul contact avec le livre.

Claude Ponti, auteur jeunesse, dénonce cette présence

Récemment, McDo s’est associé à Marc Levy pour un livre sur les expressions, distribué dans ses restaurants. Bon, Marc Levy plus des potatoes congelées, c’est vrai qu’on se dit pas que la journée sera brillante, mais c’est au moins un livre ! Et oui, parfois il suffit juste de ça pour provoquer un déclic. L’auteur jeunesse Claude Ponti n’y croit absolument pas. Dans une tribune, il dénonce la présence de McDo au salon de Montreuil en expliquant que ce n’est pas parce qu’on donne un livre qu’on donne la lecture. La culture des enfants ne passe pas par le malbouffeur. McDonald's finance des chèques livre pour les enfants et à forte dose les rend obèse ! C’est un choix cornélien. Oui, référence littéraire. C’est le souci du financement qui ne s’accorde pas toujours avec l’éthique. McDonald's est présent au salon de l’Agriculture, là on passe à un autre niveau.

Un jour peut-être McDo organisera son propre salon littéraire avec des livres comme Le jeu de l’amour et du Big Mac ou le sulfureux 50 nuances de gras. Et là on se demande s'il y aura encore débat.  

Vous êtes à nouveau en ligne