L’ingérence russe largement sous-estimée par Facebook et Twitter

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Près de 80 000 messages politiques ont été vus par quelque 126 millions d'Américains sur Facebook entre juin 2015 et août dernier.

Des post émis par des acteurs russes pour influencer le débat électoral plus nombreux que prévu, c'est ce qu'annonce Facebook avec de nouveaux chiffres qui dépassent largement ses précédentes estimations, dix millions de personnes jusqu’à ce dernier rapport. En clair, la moitié de la population électorale américaine a pu être exposée à cette manipulation de grande ampleur.

En parallèle, Twitter a détecté et suspendu près de 3 000 comptes liés à des organisations russes de propagande. Là-aussi, le groupe estimait précédemment à 201 le nombre de ces comptes. Au total, ils ont diffusé près 1,5 million de tweets pour 288 millions d'interactions sur le réseau.

Cette semaine sera charnière notamment pour ces deux entreprises qui cherchent à montrer au Congrès américains qu'elles ont maintenant leurs plates-formes sous contrôle. Mais cette manipulation à l’échelle d’un pays est allée plus loin encore.

Les pages Facebook soutenues par la Russie ont été responsables de dizaines de manifestations politiques dans le monde et aux États-Unis, dont certaines ont même viré à l’affrontement. C’est une enquête du Wall Street Journal qui le révèle. 60 marches, rassemblements ou manifestations ont été orchestrés, publiés ou financés par des pages Facebook soutenues par la Russie.

S’il n'y a aucun moyen de mesurer les dégâts causés sur l’élection par ces campagnes de propagande, la Silicon Valley est bel et bien dans la tourmente.