La batterie allemande d'Azeville dans la Manche

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que le 6 juin prochain seront célébrés les 70 ans du débarquement allié en Normandie, visite de la batterie d'Azeville, une des premières constructions du mur de l'Atlantique.

Azeville est situé non loin de Sainte Mère Eglise dans le bocage normand. La batterie installée à la sortie de ce petit village se trouve dans les terres à une dizaine de kilomètres de la plage d’Utah Beach où les Américains ont débarqué le 6 juin 1944. C’est en décembre 1941 que les Allemands ont lancé sa construction. Cette batterie était constituée de 800 mètres de galeries, d'abris souterrains et en surface de quatre casemates que les Allemands avaient camouflées pour échapper aux bombardements. Certains de ces camouflages qui avaient disparu au fil des années, ont pu être reconstitués grâce à un film tourné en juillet 1944 et retrouvé dans les archives de l’armée américaine. Ces peintures d’inspiration naïve réalisées par des soldats allemands représentent des fenêtres, un balcon, des arbres, le ciel, autant de représentations poétiques qui tranchent dans cet univers militaire.

 

 

 

(350 mètres de galeries souterraines sont encore ouverts au public © Marc Lerouge)

 

 

 

Pour comprendre véritablement le fonctionnement de cette batterie, il faut descendre dans les souterrains et parcourir les centaines de mètres de galeries encore ouvertes au public. On y découvre d'anciens abris, des espaces entièrement bétonnés et indestructibles dans lesquels les soldats allemands se réfugiaient en cas de bombardements.

 

 

 

(Une des chambres de tirs de la batterie d'Azeville © Marc Lerouge)

 

 

 

Dans chaque casemate, se trouvait une chambre de tirs, seul espace de la batterie ouvert vers l’extérieur. C’est à l’intérieur que se trouvaient positionnés, les canons allemands qui entrèrent en action au matin du 6 juin 1944, contre les Américains débarquant à Utah Beach. Un obus américain traversa l'une d'elles, sans exploser, dans la nuit du 8 au 9 juin. On peut encore voir à l'intérieur les énormes trous laissés dans le béton par cet obus. A Azeville, la bataille a pris fin le 9 juin 1944 au matin avec la reddition des 170 hommes de la garnison allemande. 

Vous êtes à nouveau en ligne