Turquie : Recep Tayyip Erdogan ne cédera pas

Recep Tayyip Erdogan sera de retour dans son pays ce soir. Le Premier ministre turc rentre d'une tournée de quatre jours au Maghreb. Un retour dans un pays toujours en proie à des manifestations qui lui sont hostiles.

Au septième jour de manifestations, des dizaines de milliers de personnes
sont descendues dans la rue pour dénoncer la main mise du chef du
gouvernement sur tous les pouvoirs. La situation risque bien de se durcir en Turquie. Recep Tayyip Erdogan a
déclaré qu"il ne céderait pas aux revendications des manifestants de
la place Taksim.

Syrie

Le chef du mouvement islamiste, Al Zawahiri, appelle les
groupes djihadistes en Syrie à s'unir pour prévenir la mise en place à Damas
d'un gouvernement à la solde des Etats-Unis. "Unissez-vous, entendez-vous
et engagez-vous à ne pas déposer les armes et à ne pas quitter vos tranchées
jusqu'à l'établissement au Levant d'un État islamique qui oeuvrera pour le
rétablissement du califat
", a-t-il déclaré.

La diffusion de ce message coïncide avec la reprise ce mercredi
par l'armée syrienne de la ville stratégique de Qousseir, bastion rebelle
depuis un an. L'analyse de Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po Paris et
auteur du Nouveau Moyen-Orient, les peuples à l'heure de la révolution
syrienne.

Birmanie

A l'extrême nord du pays, l'Etat kachin est le théâtre d'une
guerre entre l'armée birmane et l'Armée pour l'Indépendance de kachin, qui a
fait des milliers de morts depuis deux ans. KIA se bat pour une large autonomie
politique.

Il y a deux ans, la Birmanie a commencé à entreprendre toute
une série de réformes pro démocratiques et paradoxalement, au même moment, le
conflit à Kachin a repris. Les rebelles ne contrôlent plus qu'une fine bande de
territoire le long de la frontière chinoise et l'armée birmane est à cinq kilomètres
de leur quartier général, situé dans la petite ville de Laiza.

 

Vous êtes à nouveau en ligne