Le procès de Ratko Mladic

Le procès de Ratko Mladic s'est ouvert ce matin devant le TPI, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. Il était le commandant militaire des Serbes de Bosnie, un des principaux responsables des crimes qui ont été commis pendant la guerre, entre 1991 et 1995.

Ratko Mladic était avant la guerre Colonel dans l'armée nationale
yougoslave, promu Général en 1991 et il commande, à partir de mai 1992, la
toute nouvelle VRS, l'armée de la Republika Srpska, l'État serbe autoproclamé
de Bosnie. Il devient donc le commandant en chef d'un armée largement formée
d'anciens soldats yougoslaves, des unités en quelque sorte offertes par
Belgrade aux Serbes de Bosnie.

Ratko Mladic a longtemps échappé à tous les efforts pour le
capturer et l'amener devant la justice. Son procès était très attendu par les
victimes, car il est de fait accusé d'être l'un des grands ordonnateurs de la
campagne d'exactions menée pendant la guerre à l'encontre des Croates et des
Bosniaques, les musulmans de Bosnie.

Palestine

Les Emirats Arabes Unis ont décidé d'investir dans la ville d'Azaryia à la lisière de Jérusalem-Est, qui compte 30 000 habitants. Le cheikh Khalife y fait construire une mosquée
monumentale, l'une des plus grande du Moyen-Orient.

Cette Mosquée s'étend sur 6 000 m2, soit un peu moins qu'un terrain de football, ce qui devrait en faire la plus grande de Palestine après celle d'Al Aqsa à Jérusalem. Le cheick Khalife y a investi plus de cinq millions de dollars et
il n'a pas lésiné sur les décorations : les tapis viennent du Népal et les
pierres d'Oman. Le chantier commencé en 2007 est aujourd'hui presque fini.

Québec

Le pays a investi plus d'un milliard d'euros pour lutter
contre les changements climatiques. Le Québec s'apprête à en dépenser plus du
double dans les sept prochaines années.

Mais il est bien difficile de savoir si ces sommes ont bel
et bien eu un impact sur la réduction des gaz à effet de serre qui contribuent
au réchauffement de la planète. L'association québecoise contre la pollution atmosphérique juge que le gouvernement n'investit pas assez dans les transports collectifs et estime que son plan manque de cohérence.

Vous êtes à nouveau en ligne