L'inquiétude des classes moyennes afghanes

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le retrait de l'essentiel des armées étrangères sera effectif à la fin de l'année prochaine. Les classes-moyennes afghanes s'inquiètent encore plus que les autres de ce départ, pour des raisons de sécurité, mais aussi économiques.

Beaucoup de membres de cette frange intermédiaire de la
population afghane, travaillent pour la communauté internationale et s'inquiètent
de la baisse de l'aide internationale. Les classes moyennes ont prospéré jusque
que les années 1980 et avec les années de conflits, notamment la guerre civile
des années 1990 et le régime des talibans, elles ont complètement disparu. Il a
fallu attendre l'intervention internationale dans le pays pour voir éclore, de
nouveau cette frange de la population.

Niger

Le ministre nigérien des Affaires étrangère est en visite à
Paris ce lundi. De retour de New York, où il a participé a l'Assemblée générale
de l'ONU, Mohamed Bazoum plaide pour le maintient d'une forte présence
militaire française dans le nord du Mali.

"La menace djihadiste est loin d'avoir disparue ",
affirme le ministre. Mohamed Bazoum s'est aussi exprimé sur le sort des quatre
otages français retenus dans le Sahel depuis trois ans. Le ministre nigérien se
veut optimiste. "Savoir qu'ils sont en vie et en avoir des preuves, c'est
le signe qu'ils veulent négocier et cela augure des perspectives qui sont plutôt
heureuses.
"

Vous êtes à nouveau en ligne