Contestation sociale en Cisjordanie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La situation sociale en Palestine est tendue à cause de l'explosion du coût de la vie et surtout de l'essence. Au Pérou, pays minier par excellence, le gouvernement veut essayer de contrôler des compagnies pétrolières et minières toute puissantes. Au Liban, des œuvres censurées depuis 1943, s'exposent sur la toile.

Contestation sociale en

Cisjordanie

Grève générale des transports et des taxis, manifestation
devant les locaux du premier ministre à Ramallah : le mouvement prend de
l'ampleur dans le pays. La colère des manifestants vise Salam Fayyad, le premier ministre,
mais aussi l'autorité palestinienne et les accords économiques avec Paris. Hier, l'autorité palestinienne a d'ailleurs demandé à Israël
de revoir ces accords signés en 1994 à Oslo. Grégory Philipps, correspondant en Israël, est interrogé par
Mireille Lemaresquier.

Les mines et l'écologie au Pérou

Les exportations minières représentent 60% des exportations
totales du pays mais cette activité cause aussi de graves problèmes de
pollution de la terre et des eaux. Aujourd'hui, le gouvernement souhaite que le
Ministère de l'Environnement contrôle les conséquences sur l'Ecologie de
l'activité minière. Eric Samson correspondant dans la région a rencontré Magdiel
Carrión, président de la Fédération des Communautés touchées par la pollution. Il n'est pas contre l'idée mais reste prudent. 

Il y a un non respect général des lois de Protection de
l'Environnement et une multiplication des conflits sociaux selon les services
du Défenseur du peuple. Certains sont très médiatiques comme l'opposition des
autorités et d'une bonne partie de la population de Cajamarca au Nord du pays
au projet Conga de développement d'une mine d'or pour plus de quatre milliards
d'euros. La population a peur de perdre ses ressources en eau. Le projet est
pour le moment suspendu (plus de huit morts ces derniers trois mois). Il y a
toute une série de pollutions moins médiatiques mais qui sont légion au Pérou. C'est
ce que veut éviter le ministre de l'Environnement Manuel Pulgar-Vidal Senace.
Il va proposer avant la fin du mois le vote d'un projet de loi pour que le
contrôle des activités minières ne soit plus exercé par le ministère des Mines
mais par celui de l'Environnement afin que la population retrouve confiance
dans la capacité de son gouvernement à faire appliquer la loi. Le ministre
ayant longtemps dirigé une ONG écologiste, il bénéficie plutôt d'un à priori
favorable mais ce n'est pas le cas pour toutes les autorités selon Magdiel
Carrion " Le Pérou a fait confiance en de nombreux présidents comme
Toledo, Alan Garcia (...) et maintenant Ollanta Humala. Tous ont promis de
contrôler les compagnies minières et pétrolières, de les faire payer pour la
pollution qu'elles ont provoqué. Et nous avons toujours été déçus "
.

Musée virtuel sur Internet pour

des œuvres censurées

C'est une initiative originale et lourde de sens également.
Au Liban, une ONG a créé un musée virtuel sur internet qui répertorie toutes
les œuvres qui ont été censurées par les autorités libanaises depuis 1943. Le
site recense 400 films, pièces de théâtre, livres, et chansons qui n'ont pas eu
droit de cité au pays du Cèdre. A Beyrouth, Valérie Crova