La crise est-elle une chance ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Myriam Revault d'Allonnes est philosophe, professeur des universités à L'École pratique des hautes études (EPHE). Elle est l'auteur d'Une crise sans fin, aux éditions du Seuil. L'occasion de parler d'une crise globale qui touche aussi bien la finance que l'éducation, la culture, le couple ou l'environnement.

La crise est aussi une métaphore qui ne rend pas seulement
compte d'une réalité objective mais aussi d'un ressenti. Elle dit la difficulté
de l'homme contemporain à envisager son futur. Or cette crise est aussi
l'occasion de réinventer de nouvelles certitudes, peut être une nouvelle
société.

"La crise est le révélateur d'un certain rapport que
la société entretien avec le temps, c'est-à-dire avec son passé, son présent et
son avenir,
" explique Myriam Revault d'Allonnes. "La crise sans fin
décrit quelque chose de subjectif que nous ressentons, et qui est actuellement
la crise comme un état permanent. Mais au départ la crise est une espèce de
rupture dont on va sortir. Il y a forcément une issue à la crise et de ce point
de vue là, ce n'est pas négatif.
"

Lire un extrait d'Une crise sans fin

Les principaux ouvrages de Myriam Revault d'Allonnes :

Le Pouvoir des commencements. Essai sur l'autorité (ed Seuil
2006)

L'Homme compassionnel (ed Seuil 2008)

Pourquoi nous n'aimons pas la démocratie (ed Seuil 2010).

Myriam Revault D'Allonnes est également directrice de la
collection Chouette pensée, chez Gallimard Jeunesse où elle publie, à
destination du jeune public, Raconter des histoires, raconter l'histoire .

Vous êtes à nouveau en ligne