Henri Lachmann : "L'industrie Française a décroché"

Henri Lachmann est une des grandes figures de l'industrie française. A partir de 1996 son nom est définitivement associé à Schneider Electric dont il prend les rennes. Il conserve aujourd'hui encore la présidence du conseil de surveillance. Patron qualifié de social, il  dirige par ailleurs l'institut Télémaque dédié à la promotion des jeunes défavorisés.

Au cours de cet entretien, il évoque longuement le
décrochage de l'industrie Française. D'abord, explique-t-il, parce que les Français n'aiment pas leur industrie qu'ils associent à la période de Zola.
Ensuite du fait de l'archaïsme du dialogue social, du fait des syndicats et du
patronat. Mais pour lui, la cause première est sans doute à chercher du côté de
l'échec de la formation des jeunes. Henri Lachmann plaide ainsi ardemment pour
un développement du système de l'apprentissage. Seuls 400.000 jeunes
suivent ce mode de formation en France contre un million et demi en Allemagne.

Il y a un effort collectif à faire entre les familles, les
jeunes le système éducatif et les entreprises. C'est selon lui la solution la
plus porteuse d'avenir pour la qualification, la compétitivité du pays pour ne
pas dire le bon fonctionnement de la société française.