Un extrémiste danois veut brûler le Coran dans les rues de Stockholm

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

 Le pays est divisé sur l’attitude à adopter face à ce type de provocation.  

L’homme à l’origine de cette affaire, c’est Rasmus Paludan. Il est Danois, et il dirige un groupuscule d’extrême droite Stram Kurs (en français "ligne dure"). Paludan a déposé pour le 12 septembre une demande officielle de manifestation auprès de la police suédoise, demande qu’il a publiée sur son compte Facebook. Il annonce son intention de brûler des exemplaires du Coran dans cinq quartiers de la capitale, Stockholm, au nom de "la liberté d’expression contre l’islamisation de la société" et "dans le but d’humilier le faux prophète Mahomet, qui est un pédophile".

Si l’on en croit une vidéo que Paludan a posté jeudi 10 septembre sur les réseaux sociaux, ses partisans auraient déjà brûlé un Coran, ces dernières heures dans la quartier de Rinkeby, toujours à Stockholm, un quartier à forte population immigrée. La question est de savoir si la justice et la police suédoise vont autoriser les rassemblements prévus le 12 septembre. Le pays s’interroge : est-ce que ça relève de la liberté d’expression, ou le risque est-il trop grand en termes de sécurité publique ?

Incidents à Malmö

Cet extrémiste n’en est pas à son coup d’essai : Paludan a déjà initié des manifestations similaires fin août, à Malmö, en Suède. Le rassemblement avait été interdit. Paludan n’avait pas réussi à entrer dans le pays, il avait été refoulé au Danemark, et s’était vu signifier une interdiction d’entrer en Suède pour les deux années à venir. Il a fait appel de cette décision.

Cela n’a pas empêché certains de ses partisans de mettre en œuvre ses préconisations. Dans la soirée du 28 août, ils se sont filmés en train de crier "Fuck Islam" et de brûler le texte sacré des Musulmans devant une mosquée de Malmö. Le tout dans le quartier de Rosengärd, où vivent de très nombreux immigrés venus d’Irak et d’Afghanistan. Malgré les appels au calme de plusieurs imams, la provocation a atteint son but. Des jeunes sont descendus dans les rues, et des incidents ont éclaté avec les forces de l’ordre, avec à la clé jets de pierre et des voitures incendiées.

Candidat aux législatives au Danemark

L’objectif de cet extrémiste, c’est de déclencher un engrenage. Cet homme de 38 ans, qui multiplie les vidéos sur les réseaux sociaux, veut démontrer que l’immigration provoque la délinquance, et considère que les musulmans sont par nature violents.

Au Danemark, pays de la première controverse sur les caricatures de Mahomet en 2005, Paludan a réussi à constituer une liste aux dernières élections législatives, et il a quand même obtenu 60 000 voix. En Suède, ses propos reçoivent de l’écho parce que de fait, les chiffres de la criminalité sont assez inquiétants dans plusieurs quartiers défavorisés, à forte population immigrée. Paludan multiplie les provocations pour entraîner une réaction en chaîne favorable à ses idées.

Vous êtes à nouveau en ligne