La ville suédoise de Kiruna, dont les fondations s'affaissent à cause de l'exploitation minière, doit déménager

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Depuis une quinzaine d'années, les sols de la ville de Kiruana en Suède se fissurent. En réponse, les autorités ont décidé de déménager méthodiquement la ville 3 km plus loin. 

Kiruna, c'est d'abord un sous-sol exceptionnellement riche en fer. La mine, qui a ouvert en 1900 sur ces terres hostiles de Laponie est aujourd'hui une véritable fierté nationale, malgré la politique environnementaliste très progressiste de la Suède au regard du reste de l’Europe. Plus grande mine souterraine au monde, elle produit 90% du minerai de fer européen. En surface, la ville s'est développée au rythme de cette exploitation. Elle compte aujourd'hui 20 000 habitants.

Mais il y a 15 ans, les premières fissures sont apparues sur les façades des immeubles. C'était le signal d'alarme : les innombrables galeries creusées sous terre jusqu’à 1 775 m de profondeur ont fait s'affaisser les sous-sols et mis en danger les fondations de la ville.

Toute la ville déménage

De fissures en crevasses, tout Kiruna risquait de disparaître. Deux options : il fallait soit fermer la mine, au prix d'un véritable désastre économique puisqu'un habitant sur dix travaille pour la compagnie minière, soit déménager.

Pour sauver Kiruna, les autorités ont donc décidé de déplacer une partie du centre-ville. Ses maisons aux couleurs vives, ses commerces, ses bureaux, ses écoles, ses bâtiments administratifs, pour être reconstruits 3 km plus à l'est. Il faudra 80 ans pour que ce projet hors normes soit complètement achevé. Mais le 22 novembre, la mairie du nouveau Kiruna a été inaugurée.

Des bâtiments transportés par la route

Une vingtaine de bâtiments historiques en bois comme l'église, élue en 2001 "plus beau bâtiment public de Suède", vont être transportés tels quels. Mais la plupart des immeubles seront démolis et certains matériaux recyclés pour être réutilisés dans les nouvelles structures. 6 200 habitants sont concernés par ce déménagement. Ils devraient y gagner puisque les architectes ont recréé des places publiques pour rendre la ville plus agréable, mais surtout repensé les réseaux de transports et l'empreinte écologique de la ville.

Objectif : faire de Kiruna un modèle de ville durable. Le coût est évidemment faramineux : entre 1,5 et 3 milliards d'euros. En grande partie pris en charge par la compagnie minière, qui veut devenir le leader mondial de l’exploitation minière. La LKBA investit pour sauver la ville et sa mine.

Vous êtes à nouveau en ligne