La tension monte en mer de Chine entre Pékin et Washington

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Des manœuvres navales américaines sans précédent ont débuté dans cette région du monde considérée comme explosive.

Pour la première fois, depuis lundi 2 septembre, les États-Unis s’associent à dix pays d’Asie du Sud-Est. Et ces opérations concernent directement l’une des zones potentiellement les plus dangereuses de la planète, la mer de Chine méridionale, cette zone située au sud de la Chine, entre le Vietnam et les Philippines. Les manœuvres ont démarré plus à l’ouest, près de la station balnéaire de Pattaya en Thaïlande. Mais elles devraient durer toute la semaine, et l’état-major américain, même s’il reste discret sur la nature exacte du dispositif, précise que la mer de Chine sera bien concernée. Huit navires de guerre, appartenant pour l’essentiel à la 7e flotte américaine, sont engagés dans le dispositif. Avec un millier d’hommes à bord. Trois hélicoptères devraient également patrouiller dans la zone, et surtout un avion de reconnaissance Poséidon. Ce type d’appareil est spécialisé dans les tâches de reconnaissance et peut prendre des photos aériennes très précises. Il s’agit de repérer les activités chinoises dans la zone.  

La conquête du gaz et du pétrole offshore

Cette région est en train de devenir un baril de poudre : plusieurs experts en géopolitique estiment que cette zone de Chine méridionale porte les germes d’un affrontement majeur. Les rivalités sont fortes et les convoitises importantes. Pour Pékin, il s’agit de développer son influence stratégique, et plus encore de capter des ressources énergétiques majeures : les gisements en gaz et en pétrole offshore situés dans cette région sont gigantesques. On parle de trillions, c’est-à-dire de milliards de milliards de dollars. Du coup, ces dernières années, la Chine a progressivement étendu sa présence. En prenant le contrôle d’îlots ou de récifs. D’abord les îles Paracels, puis plus au sud des récifs des îles Spratleys. Et à chaque fois, la Chine y installe des dispositifs potentiellement militaires : ports, pistes d’atterrissage. Début juillet, un navire de surveillance chinois, le HD8, s’est même avancé jusque dans les eaux territoriales du Vietnam, et il s’en est suivi un face-à-face tendu avec près d’une vingtaine de navires. En face, les pays de la région, le Vietnam en tête, ne cachent pas une certaine inquiétude.  

B52 et F15 américains sur zone

Quant aux Etats-Unis, ils veulent maintenir leur influence dans la région. Ils envoient donc désormais régulièrement des missions de reconnaissance pour défier la présence chinoise, récemment encore avec un destroyer mais aussi des bombardiers B52 et des jets F15. La Chine soupçonne même Washington de chercher à déployer des missiles terrestres dans la région. Et puis c’est aussi une façon indirecte de faire monter les enchères dans la bataille commerciale qui oppose les deux capitales. En tous cas, les manœuvres de cette semaine ne vont pas améliorer le climat. Avec le détroit d’Ormuz dans le golfe Persique, la mer de Chine méridionale est en train de devenir la zone maritime la plus inquiétante au monde.

Vous êtes à nouveau en ligne