L'obligation vaccinale pour les soignants reste peu répandue dans le monde

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'obligation vaccinale pour les personnels de santé, qui entre en vigueur en France mercredi 15 septembre, existe dans très peu de pays, même si l'Italie a été la première à l'instaurer.

L'obligation vaccinale contre le Covid-19 existe dans une petite dizaine de pays seulement. Il y a d’abord le cas particulier et le plus radical des quelques pays où l’obligation est absolue : vaccination pour tous les adultes, quel que soit votre métier. Cela concerne donc le personnel soignant, comme tout le monde, pas plus pas moins. Dans cette catégorie on trouve deux États autoritaires d’Asie Centrale : le Tadjikistan et le Turkménistan. Ce dernier n’a d'ailleurs officiellement déclaré aucun cas de Covid-19. La vaccination est également obligatoire pour tous les résidents et employés de la cité du Vatican. Elle est indirecte en Arabie Saoudite, en application de la règle : "pas de vaccin pas de travail".

C'est donc une liste assez réduite, où l'on ne trouve d'ailleurs pas de régimes familiers des mesures autoritaires, la Corée du Nord ou le Viet Nam par exemple.     

L'Italie aux avant-postes

Dans la deuxième catégorie, on retrouve les quelques pays à imposer cette obligation uniquement aux personnels de santé. Ce sont essentiellement des pays occidentaux, voire des voisins de la France. L’Italie a été la première à imposer cette contrainte à tous les médecins et tous les personnels de santé, par un décret adopté fin mai donc bien avant la France, sans quoi ils ne peuvent plus exercer. L'obligation va s’étendre dans moins d’un mois au personnel des maisons de retraite.

Il y a ensuite la Grèce : là encore, la vaccination est obligatoire pour tout le personnel soignant, maisons de retraite comprises. La mesure est à l’étude également en Serbie. Même principe, mais uniquement pour les maisons de retraite, en Australie à partir de cette fin de semaine et aux États-Unis pour les établissements relevant de l’État fédéral. Au Royaume-Uni, à partir du 11 novembre, cela ne concernera là encore que les maisons de retraite mais pas les autres établissements de santé. Ce à quoi l'on peut ajouter plusieurs régions de Russie et, en Afrique, la Guinée Équatoriale et la liste est complète.  

Disney ou Qantas, la contrainte au sein de l'entreprise

Dans un autre cas de figure, l’obligation vaccinale vise non pas les personnels de santé, mais les fonctionnaires en général. L’exemple le plus frappant ce sont les États-Unis, où Joe Biden vient de rendre la vaccination obligatoire pour tous les salariés fédéraux et leurs sous-traitants, par exemple les écoles qui dépendent de l’état fédéral. Même chose au Canada : tous les fonctionnaires fédéraux, à peu près 300 000 personnes. Les personnels de santé publique y sont contraints, mais pas ceux qui exercent dans le privé. La mesure est également mise en place pour les fonctionnaires dans certains pays africains, comme le Zimbabwe près de l’Afrique du Sud.

Et puis dernier cas de figure, l’obligation imposée non pas par des États mais par des entreprises. C’est le cas pour le personnel de Disney ou de la banque Goldman Sachs aux États-Unis, où la mesure est déjà en vigueur. Elle le sera bientôt également au sein de la compagnie aérienne australienne Qantas.

En résumé, la coercition reste donc peu utilisée. De nombreux pays occidentaux lui ont préféré ce qu’on peut appeler le code social dominant, le civisme. On se vaccine parce que tout le monde autour de vous se vaccine. C’est le mécanisme à l’œuvre par exemple dans les pays scandinaves, au Danemark, en Belgique. Ou encore en Irlande : officiellement 100% du personnel soignant est vacciné. Sans avoir dû imposer l’obligation. 

Vous êtes à nouveau en ligne