L'Allemagne, à la recherche de main-d’œuvre qualifiée, va faciliter l'immigration

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Conseil des ministres allemand vient d'adopter un projet de loi ambitieux sur l’immigration qui vise à résoudre les problèmes de main d'œuvre que connait le pays.

L’événement fait la une de la presse allemande. Après des mois de négociation, le texte a donc été présenté mercredi 19 décembre, avec un objectif clair : recruter de la main d’œuvre qualifiée. Les deux partis de la Grande coalition (centre droit CDU/CSU et centre gauche SPD) sont prêts à ouvrir à nouveau les portes de l’immigration, y compris pour les ressortissants des pays non européens. Mais à condition que les candidats répondent aux besoins de l’économie allemande. Le ministre du Travail Hubertus Heil parle "d’un moment historique, d’un progrès immense, après 20 ans de débat sur le sujet".

Le texte doit encore être examiné par le Parlement courant 2019, et les conditions seront strictes pour les immigrants : un premier permis de séjour de six mois, sans aucune prestation sociale, et l’obligation d’apprendre l’allemand. Au bout de six mois, un point sera fait et si la personne a trouvé un travail, son permis sera prolongé.  

Recherche électriciens, informaticiens, cuisiniers

L'économie allemande a un gros besoin de main d’œuvre. D’abord parce que le pays frôle le plein emploi avec 5% de chômage. Et aussi parce que la génération du "baby boom" va partir à la retraite. Dans les 10 ans qui viennent, la population en âge de travailler devrait baisser de quatre millions. Le patronat allemand est donc inquiet, en particulier au sein des PME. Les besoins de main d’œuvre sont importants, notamment dans certains secteurs : l’informatique, les personnels de santé, la restauration, l’électricité et les technologies de l’information.

Selon une étude de l’Agence fédérale pour l’emploi, le tissu économique allemand pourrait avoir besoin de 400 000 immigrés non européens par an. Le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, un conservateur, disait même à la sortie du conseil des ministres : "c’est notre prospérité qui est en jeu". Et le ministre de l’Economie Peter Altmaier d’ajouter : "C’est pour cette raison supérieure que nous devons mettre fin au débat idéologique sur l’immigration".  

Inquiétude syndicale et opposition de l'extrême droite

Le projet de loi ne fait pas l’unanimité pour autant. Il est politiquement risqué et il est contesté, sur deux plans très différents. D’un côté, l’extrême droite, en progression constante dans le pays, dénonce déjà "un nouvel appel d’air pour l’immigration". Et on sait combien l’arrivée massive de plus d’un million de migrants en 2015 et 2016 a fait tanguer Angela Merkel. De l’autre côté, les syndicats y voient le risque d’un moins disant social : des emplois mal payés qui tirent vers le bas.

Une des particularités de l’économie allemande, la "face cachée" du plein emploi, c’est le nombre très élevé de "mini jobs" à temps partiel payés au lance-pierre, soit environ 450 euros par mois pour cinq millions d’Allemands, dont c’est la seule ressource. Réussir une immigration maîtrisée, sans heurts politiques ou sociaux, voilà l’objectif, et c'est un enjeu majeur. Et l’Allemagne ne se dérobe pas.

Vous êtes à nouveau en ligne