Depuis un an, les Etats-Unis et les talibans négocient un accord de paix pour mettre fin à la guerre en Afghanistan

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, dans "Un monde d’avance", un coup de projecteur sur une actualité à l’étranger restée sous les radars. Aujourd’hui, les Etats-Unis négocient avec les talibans, au Qatar, pour trouver une issue à la guerre en Afghanistan.

Les bombes continuent à exploser, en Afghanistan. Les négociations de paix entre les Etats-Unis et les talibans se poursuivent à Doha, au Qatar, malgré l'attentat kamikaze lundi 1er juillet qui a couté la vie à six personnes et blessé une cinquantaine d’écoliers à Kaboul.

Ces négociations directes entre les Etats-Unis et les talibans se sont ouvertes au Qatar il y a bientôt un an, mais sans le gouvernement afghan, considéré comme illégitime par les Talibans qui ont réussi à s'imposer comme uniques partenaires de discussion avec Washington. De passage à Kaboul le 25 juin, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo se disait d'ailleurs confiant de parvenir à un accord début septembre avant la prochaine présidentielle, prévue le 28 septembre, une élection déjà repoussée à deux reprises.

Retrait des troupes américaines

Les négociations portent tout d'abord sur le retrait des troupes américaines (14 000 soldats sont toujours stationnés sur place) et la promesse de ne pas faire de l'Afghanistan un sanctuaire pour groupes terroristes, comme le groupe État islamique, dont la zone d’influence ne cesse de s’accroitre aux frontières afghanes.

Sur ces deux prérequis, les négociations avancent. Mais beaucoup moins sur les deux autres aspects : la mise en place d'un cessez-le-feu permanent et le dialogue inter afghan censé permettre à l'opposition politique d'exister, à la démocratie de se mettre en place.

En revendiquant l'attaque d'hier, les Talibans cherchent à maintenir le rapport de force. Il faudrait plus qu’un attentat pour que les Etats-Unis quittent la table des négociations. Donald Trump voudrait en finir avec cet Afghanistan, ces troupes stationnées à l'étranger qui coûtent si cher et qu'il a promis de ramener à la maison. Le président américain,qui ne souhaite surtout pas s’embourber dans une nouvelle guerre, est effectivement prêt à beaucoup pour parvenir à un accord de paix.

Une guerre qui dure depuis 18 ans

Devant tout ce cynisme, on se prend à réfléchir, on essaie de se souvenir comment a éclaté cette guerre oubliée et qui dure depuis 18 ans. Cette guerre, lancée en 2001 au lendemain des attentats du 11 septembre, était censée éliminer Al Qaeda… Mais on en est loin. Elle était censée éviter que le terrorisme ne se propage, alors qu'il n'a jamais été aussi meurtrier, mais elle devait aussi mettre fin aux talibans. Ils sont au contraire en plein retour de puissance.

Le conflit était censé permettre l'éclosion des libertés civiles… Parlez-en aux femmes afghanes. Cette guerre était censée mener à la paix… Parlez-en aux Afghans, avec pour 2018 seulement 3 800 victimes, soit plus de 10 morts par jour... Pensons-y, la prochaine fois que nous parviendra d'Afghanistan l'annonce d'un énième attentat auquel on ne prête presque plus attention.

Vous êtes à nouveau en ligne