Cannes, un festival de palmes. En 1979 à Cannes, avec "Apocalypse now", Coppola passe pour "l'affreux Américain impérialiste"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour célébrer les 70 ans du festival de Cannes, chaque jour sur franceinfo, Thierry Frémaux, le délégué général du festival, raconte ces épisodes et ces palmes qui ont marqué l’histoire de la Croisette. Ce jeudi, "Apocalypse now", film de toutes les démesures, décroche la palme d'or ex æquo en 1979.

En 1979, la palme d'or est attribuée à deux films : Le Tambour de Volker Schlöndorff et Apocalypse now de Francis Ford Coppola. Pourtant, Apocalypse now, film de tous les excès, n'est pas franchement bien reçu à Cannes. Son réalisateur "passait pour l'affreux Américain impérialiste, qui vient embêter l'auteur européen, allemand, qu'était Volker Schlöndorff", raconte Thierry Frémaux à franceinfo. La présidente du jury, Françoise Sagan, a même assuré, à l'époque, "qu'on l'avait obligée à attribuer cette palme ex æquo quand son choix à elle, et à son jury, n'allait qu'au film de Volker Schlöndorff", explique le délégué général du festival.

Françoise Sagan, la présidente du jury, félicite Volker Schlöndorff et réagit à cette double palme d’or 1979 :

On disait aussi que Francis Ford Coppola avait exigé de ne participer à la compétition que si on lui garantissait la palme alors qu'il avait en réalité "exigé de ne venir à Cannes que s'il était en compétition", corrige Thierry Frémaux qui estime aujourd'hui qu'"on a fait beaucoup d'injustice à Coppola, dont l'histoire est très belle sur Cannes". À son arrivée au festival, par exemple, le réalisateur ne sait pas comment se termine son film Apocalypse now. "Il a trois fins, explique Thierry Frémaux. Il y aura donc trois films différents projetés : un pour la compétition, un pour la presse et un pour le marché". Le film remporte aussi deux oscars, trois golden globes et le César du meilleur film étranger.

Il a fallu 16 mois de tournage aux Philippines et trois ans de montage pour boucler \"Apocalypse now\". La très chère tête d\'affiche, Marlon Brando, ne connaissait pas son texte et avait pris 50 kg. Coppola passait pour un mégalo et était désemparé.
Il a fallu 16 mois de tournage aux Philippines et trois ans de montage pour boucler "Apocalypse now". La très chère tête d'affiche, Marlon Brando, ne connaissait pas son texte et avait pris 50 kg. Coppola passait pour un mégalo et était désemparé. (DIRCK HALSTEAD / GETTY IMAGES)

De La Grande bouffe à Ken Loach, en passant par les grands moments du cinéma italien, les films audacieux et les années à scandale, chaque jour, en attendant la cérémonie d'ouverture du 70ème festival de Cannes, franceinfo raconte ces palmes qui ont marqué l'histoire du festival avec son délégué général, Thierry Frémaux, et Thierry Fiorile, spécialiste du cinéma à franceinfo. Chacun des 35 épisodes s'articule autour d’une thématique.

Vous êtes à nouveau en ligne