Cannes, un festival de palmes. Frénésie de prix en 1946 : après guerre, il fallait "que chacun reparte content"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour célébrer les 70 ans du festival de Cannes, chaque jour sur franceinfo, Thierry Frémaux, le délégué général du festival, raconte ces épisodes et ces palmes qui ont marqué l’histoire de la Croisette. Ce mercredi, les premières années du festival de Cannes de 1946 à 1951, de "L'École des fans" à la professionnalisation.

La palme d'or n'apparaît qu'en 1955 mais le festival de Cannes est vraiment né en 1946, après une première édition avortée en 1939. Les premières années, l'esprit est moins à la compétition. "Il y a un petit côté École des fans, vous savez cette émission de Jacques Martin où tous les enfants avaient 10/10. Presque tous les films présents ont gagné des prix, raconte Thierry Frémaux à franceinfo, il y avait sans doute la volonté que chacun reparte content". Pour le délégué général du festival de Cannes, cette frénésie s'inscrit dans un contexte d'après-guerre avec une certaine "volonté diplomatique" que le cinéma participe à "la grande réconciliation et la grande reconstruction du monde et de l'Europe".

"Une foire du cinéma"

En 1947, les prix sont classés par catégorie et le festival "s'impose définitivement comme le grand rendez-vous cinéma du monde entier", analyse Thierry Frémaux. Pourtant, "la ligne éditoriale n'est pas encore parfaitement définie", poursuit-il, qualifiant ces premières années de "sorte de grande foire du cinéma" avant que Cannes ne devienne, à partir de la fin des années 50, le festival du "cinéma d'auteur". 

Il n'y a pas eu de festival en 1948 ni en 1950. En 1951, le festival s'est professionnalisé et deux films ont reçu le grand prix ex-aequo : Miracle à Milan, de Vittorio De Sica, et Mademoiselle Julie, d'Alf Sjöberg. Cette année-là, le président du jury est l'écrivain André Maurois. Le cinéma "vient s'anoblir du côté des arts reconnus", conclut Thierry Frémaux.

VIDÉO. En 2007, à l'occasion du 60e anniversaire du festival de Cannes, France 3 revenait sur la première édition en 1946 : 

De La Grande bouffe à Ken Loach, en passant par les grands moments du cinéma italien, les films audacieux et les années à scandale, chaque jour, en attendant la cérémonie d'ouverture du 70ème festival de Cannes, franceinfo raconte ces palmes qui ont marqué l'histoire du festival avec son délégué général, Thierry Frémaux, et Thierry Fiorile, spécialiste du cinéma à franceinfo. Chacun des 35 épisodes s'articule autour d’une thématique.