Transportez-moi. Viva Technology révolutionne les transports

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La 3e édition de Viva Technology, à Paris jusqu'au 26 mai 2018, présentait des innovations dans le domaine des transports et de la mobilité.

Le salon Viva Technology s’est déroulé pour la 3e année consécutive à Paris Expo Porte de Versailles, du 24 au 26 Mai 2018. 8000 startups sont venues à la rencontre des industriels, demandeurs d’idées nouvelles. Mais ces petites sociétés ont besoin de financements, d’où la présence de grands groupes tels que la BPI, la Banque Publique d’Investissement.

C’est ça l’innovation : la technologie au service de très belles causes.

Paul-François Fournier, directeur exécutif de la Banque Publique d’Investissement.

La protection de la propriété industrielle

Il faut aussi protéger ces startups par des dépôts de brevets. C’est le rôle de l’INPI, l’Institut National de la Propriété Industrielle.

Dès qu’on parle innovation, il faut penser protection.

Romain Soubeyran, directeur général de l’Institut National de la Propriété Industrielle.

L’étroite collaboration entre startups et grands groupes

Les grandes entreprises comme la SNCF accueillent également ces startups. Que ce soit des drones pour la surveillance des infrastructures, ou des applications collaboratives pour les voyageurs, la SNCF innove avec ces startups.

Les nouvelles technologies qui sont présentes à Viva Tech, notamment présentées par les startups, sont vraiment des sources d’inspiration et de développement de nouvelles façons de faire notre métier.

Jean-Jacques Thomas, directeur de l’innovation à SNCF Réseau.

La SNCF, qui gère des milliards de données, utilise des datas centers qu’il faut climatiser et qui sont donc très énergivores. Si rien n’est fait d’ici quelques années, ils seront responsables de 20% de la consommation énergétique mondiale.

Immersion 4, une startup présente à Viva Technology, présente une solution innovante en plongeant les serveurs dans un liquide pour récupérer la chaleur.

Immersion 4 est une solution qui permet de s’affranchir de la pollution des datas centers.

Serge Conesa, fondateur d’Immersion 4.



La voiture de demain

Dans ce salon, on parle aussi de voitures autonomes et connectées. La société française Valéo, qui est un des leaders mondiaux dans le domaine, recherche des cerveaux partout dans le monde.
Une de leur voiture était exposée, elle préfigure notre univers de transport de demain. Bienvenus à bord !

Nous sommes intéressés par les idées des startups, et les startups cherchent à comprendre les besoins de Valéo et des grands groupes.

Guillaume Devauchel, directeur de l’innovation de Valéo.



La révolution numérique est-elle une menace pour les emplois ?

On estime à 5 millions le nombre d’emplois liés à la voiture en Europe et qui devraient évoluer sous peine de disparaître.

Mobivia s’est dit : il faut qu’on réponde aux besoins futurs des clients avec d’autres approches, et a crée pour ça Via ID

Yann Marteil, directeur général de Mobivia.



Les voitures volantes !

Airbus présentait le Popup avec un design digne du film « Le 5ème élément ». Il s’agit d’un drone géant muni de 8 rotors, qui emporte votre voiture pour la déposer à la destination programmée. Le tout est évidemment électrique et autonome. Il reste la question de la sécurité et surtout, des autorisations de survol.

Le coup de coeur de la semaine : une voiture volante … au-dessus de l’eau !

Alain Thébault, qui a atteint près de 100 km/h avec son voilier sur foils, a mis au point sur le même principe le Sea Bubble. On verra peut être bientôt, à Paris et ailleurs, ces taxis volants à quelques centimètres au dessus de l’eau !

Le Sea Bubble c’est le mélange d’une voiture, d’un avion et d’un bateau. Pas de bruit, pas de vagues, pas de pollution !

Alain Thébault, co-fondateur des Sea Bubbles

Vous êtes à nouveau en ligne