Transportez-moi vers le futur. La conquête mythique de l'espace

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Gérard Feldzer nous emmène tout l’été à la découverte des transports de demain. Chaque samedi et dimanche il y a un vélo électrique à gagner. Cette semaine nous célébrons les 50 ans des premiers pas sur la Lune et, à cette occasion, en répondant aux questions, vous pourrez gagner exceptionnellement un vol en apesanteur.  

Il y a maintenant 50 ans, deux hommes, Neil Armstrong et Buzz Aldrin posaient leurs pieds sur la Lune. Étape historique, fascinante, qui a marqué le début d'une nouvelle ère. Une époque où désormais tout semble possible, même poser un pied sur cet astre magnifique. 

Dix autres astronautes ont marché sur leurs pas lors des cinq missions Apollo qui ont suivi. Aujourd'hui, il ne reste que quatre survivants de cette fabuleuse aventure. Jean-François Clervoy, lui-même astronaute, a rencontré ces hommes, qui selon lui, sont devenus des exemples pour tous les admirateurs souhaitant à leur tour rencontrer cet astre de la nuit. Ils précisent ce qu'il est bon de faire pour les futures missions et ce qu'il faudrait éviter de réitérer. 

Neil Armstrong, Michael Collins et Edwin Aldrin, en quarantaine sur le navire \"USS Hornet\", au retour de la mission Apollo 11, avec le président des Etats-Unis, Richard Nixon, le 24 juillet 1969.
Neil Armstrong, Michael Collins et Edwin Aldrin, en quarantaine sur le navire "USS Hornet", au retour de la mission Apollo 11, avec le président des Etats-Unis, Richard Nixon, le 24 juillet 1969. (NASA)

L’aventure Apollo était dans la démesure, la fusée Saturne V par exemple, consommait l’équivalent d’une piscine olympique par seconde. Il faut également rappeler que cette mission comportait des risques inimaginables. 

On estimait à une chance sur deux de survivre, avec des risques considérables. Il n'y avait qu'un seul moteur pour décoller de la Lune

Jean-François Clervoy, astronaute

L\'astronaute Edwin Aldrin debout sur la Lune à côté du drapeau américain pendant la mission Apollo 11, le 21 juillet 1969. 
L'astronaute Edwin Aldrin debout sur la Lune à côté du drapeau américain pendant la mission Apollo 11, le 21 juillet 1969.  (DSK / NASA)

La question se pose alors : va-t-on retourner sur la Lune, "Oui, répond Jean-François Clervoy, et pas dans si longtemps".  Mais cette fois-ci en l'utilisant comme base d'apprentissage pour plus tard aller sur Mars.

Le président des États-Unis, Donald Trump, souhaite même faire un retour sur la Lune d'ici 2024. Impossible, selon Jean-François Clervoy qui rappelle que s'il l'on veut envisager un retour aussi proche, la NASA va devoir multiplier son budget par quatre ou cinq. D'ici là, de belles choses sont à prévoir, rapidement ou pas, un retour sur notre satellite géant se fera. 

JEAN-MARC GOACHET / FRANCE INFO / RADIO FRANCE

franceinfo vous permet de gagner un vélo électrique de chez Norauto du groupe Mobivia . Pour jouer, rendez-vous sur franceinfo.fr rubrique "partenariat " et répondez à la question suivante :

Combien de temps faut-il pour atteindre et se poser sur la Lune : un jour, trois jours, ou une semaine ?

Et en participant à ce concours tout l’été, la compagnie Air France vous offre la possibilité de gagner un vol exceptionnel en apesanteur. Bonne chance ! 

Trace de pas de Buzz Aldrin sur le sol lunaire
Trace de pas de Buzz Aldrin sur le sol lunaire (SIPANY/SIPA / SIPA USA)

Vous êtes à nouveau en ligne