Transportez-moi. Les transports et le handicap

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le 3 décembre marque la journée internationale du handicap. Gérard Feldzer fait le point en ce qui concerne les transports.

Aujourd'hui se tient la journée internationale du handicap. Une occasion pour parler aussi des problèmes que rencontrent les personnes à mobilité réduite dans les transports ! Ce qui est une vraie difficulté pour les 5 millions de personnes handicapées en France, si on y ajoute les personnes fatiguées, en convalescence, les femmes enceintes, les poussettes, etc...c’est près d’une personne sur 10, qui a des difficultés à se déplacer.
Et question aménagements, nous faisons partie des mauvais élèves en Europe. De plus, les fauteuils roulants sont hors de prix. Pour un électrique, léger et confortable ça peut aller jusqu’à 6000 euros.

Il y a quand même des progrès pour les fauteuils roulants

Depuis l’apparition des gyropodes comme les segway, ou encore le mobile dream, un quadricycle électrique tout terrain, il devient possible pour les handicapés des membres inférieurs de faire des randonnées en pleine nature, ce qui était impossible jusqu’alors. Et les handicapés peuvent même aujourd’hui piloter des avions.


Pour faire tourner un avion on a besoin d’incliner l’avion avec le manche mais aussi d’appuyer sur des pédales qu’on appelle palonniers. Il suffit alors de les remplacer par des maloniers, et cette adaptation leur permet de piloter parfaitement. Guillaume Feral m’a emmené dans son avion de voltige, qu’il maitrise parfaitement, au Mureaux près de Paris. Et pour le président de l’aéroclub Paul Louis Weiller, c’est une véritable thérapie, il nous parle même "d'aérothérapie" !

Il y a également des pilotes sourds et même aveugles. Ces derniers pilotent grâce à la voix d’un autre pilote assis à côté d’eux qui leur indique les manœuvres à effectuer genre "incline un peu à gauche, stop, tire légèrement stop"…Quant aux pilotes sourds, ils ont un programme de messages sur écran, ils ont anticipé ce qui se fait maintenant sur les avions de ligne, trop nombreux pour parler à la radio, comme quoi …

Le coup de coeur de la semaine : Loïc Blaise, atteint de sclérose en plaque a décidé de faire le tour de l’Arctique

A 34 ans, Loïc, alors pilote professionnel,  apprend qu’il est atteint de cette maladie dégénérative, mais il refuse de baisser les bras, Il fait alors fait un parallèle entre sa maladie et la fonte des glaces en Arctique.
En mai prochain, il va donc faire ce périple de 20 000 kilomètres en 80 jours autour de l’Arctique, en ULM amphibie, car il veut se poser sur l’eau et la neige, et se rapprocher des populations en difficulté face à la montée des eaux. Et à chaque étapes il sera rejoint par différentes personnes : des astronautes français et russes, des pilotes de la patrouille de France, des explorateurs. Une belle solidarité qui a pour but de faire partager cette aventure aux enfants eux aussi atteints de cette maladie.

Les enfants depuis leur chambre d'hôpital seront téléportés

Loïc Blaise

Et bien sûr cette aventure, bien que parrainée par la Fondation Latécoère, a besoin de fonds. Même si elle est moins chère qu’un bateau du Vendée-Globe, il y a quand même beaucoup de logistique dans un milieu peu hospitalier.


En collaboration avec Kilien Messaï

 

Vous êtes à nouveau en ligne