Transportez-moi. Les femmes dans les transports

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Mercredi prochain le 8 mars aura lieu la journée internationale des femmes, une émanation de l’ONU pour l’égalité des sexes. Concernant les transports, les femmes qui travaillent dans ce secteur sont très minoritaires, mais pour ce qui concerne les incivilités à leur égard, c’est largement l’inverse.  

Si vous avez été victime d’une incivilité dans les transports, sachez que vous n’êtes pas la seule, car selon une étude du Haut Conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes, 100% des utilisatrices des transports en commun, ont été victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement ou d’agression sexuelle, Rima ACHTOUK de l’association "Osez le féminisme" fait partie de ces femmes qui veulent alerter l’opinion.

On a organisé des 'teufs de meufs', on a fait physiquement tout ce qu'on ne peut pas faire en tant que femme dans le métro.

Rima Achtouk

La teuf des meufs détourne également avec beaucoup d’humour les messages de la RATP. Par exemple "Attention aux pickpockets", devient "Attention aux frotteurs", etc. Certaines encouragent également les femmes à ne pas se laisser faire, Chris Blache, est cofondatrice de l’association Genre et Ville : "On a du courage si on se sent soutenues par les gens qui sont autour de nous."
Mais intervenir n'est pas toujours évident lorsque les agressions, même verbales, sont provoquées en bande.

Le problème est le même dans toutes les grandes villes du monde

D’après la fondation Thomson Reuters concernant les incivilités à caractère sexuel, les New-yorkaises sont les moins inquiètes, Paris vient en sixième position, largement devancée par Londres qui n’a pas lésiné sur le nombre de caméras et de présences humaines. Londres envisage même de réserver des voitures pour les femmes, comme dans certains pays du Moyen-Orient, ce qui a le don d’irriter les associations. "Si on fait ça, ça veut dire qu’on accepte que ce soit quelque chose de normal", souligne Rima Achtouk.

C’est vrai que voir des femmes entassées derrière des grilles à l’arrière de bus dans certains pays est assez choquant ! Mais c’est plus un problème d’éducation que de transport, surtout lorsqu’on sait qu’un enfant sur deux en primaire a déjà vu un film pornographique ! Alors qu’ils sont en pleine croissance, l’image de la femme s’en trouve brouillée. En attendant, une des solutions pourrait passer par une féminisation des métiers du transport, aussi bien dans la conception que dans la conduite. 

Peu de femmes dans le secteur du transport

En moyenne, que ce soit chez les conducteurs ou chez les ingénieurs, on est à 15% de femmes, c’est dommage car cela  pourrait mieux répondre aux préoccupations des passagères, question confort, accessibilité et sécurité. Et ce manque d'engouement s'explique simplement. Ça commence très tôt, il suffit d’entrer dans un magasin de jouets pour voir que les avions, les bateaux, les voitures sont au rayon garçon. Mais heureusement cela évolue doucement mais surement, la preuve avec Valérie Lovenbruck commandant de bord et instructrice sur Boeing triple 7, à Air France.

Il faut se battre contre les stéréotypes !

Valérie Lowenbruck

 Des femmes dans les avions, mais aussi sur les bateaux

Pour preuve que tous les métiers sont accessibles aux femmes, le capitaine de corvette Christine Allain est partie quatre mois dans l’océan Indien, seule femme à bord, commandant 90 hommes. 

Au moment de donner l'ordre, personne ne se demande si je suis une femme. Je suis le commandant.

Christine Allain 

Le coup de cœur pour les femmes des pays en voie de développement

Ce sont de véritables bêtes de somme dans tous les sens du terme. En Afrique ou en Asie, sur les plateaux andins ou sur les chemins népalais, des millions de femmes portent sur leur dos, des jarres d’eau, des fagots de bois, des marchandises, le plus souvent un enfant sur le dos et un autre en gestation. Elles transportent des charges qui peuvent peser jusqu’à 60 % de leur poids, avec toutes les conséquences que cela implique sur la santé. Finalement la majorité des transports au quotidien dans le monde revient aux femmes.


En collaboration avec Kilien Messaï de Boissard

 

Vous êtes à nouveau en ligne