Transportez-moi ! Été 2020 : destination France pour un tourisme vert et local

Selon un sondage effectué auprès de 2 000 personnes par les 13 régions métropolitaines, 86% des Français pensent passer l'été dans leur pays, ce qui profitera d'abord au tourisme local.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Conséquence de la crise sanitaire, l’industrie du tourisme est durement touchée. Ce secteur, qui avec ses 56 milliards de recettes représente plus de 7 % du PIB, fait vivre plus de deux millions de personnes. Les destinations vont changer, et il y aura donc un tourisme de proximité, qui privilégiera la voiture et le ferroviaire au détriment du transport aérien.

Parmi les nombreuses façons de découvrir nos régions, celle du tourisme fluvial."Le tourisme international va au moins en 2020 connaître un temps d’arrêt et je pense que nos concitoyens vont redécouvrir le pays. Et pour redécouvrir le pays, les voies d’eau, c’est un excellent moyen, surtout si la saison est chaude et que on a besoin d’un peu de fraîcheur", souligne Thierry Guimbaud, directeur général des Voies Navigables de France.

Les bateaux de plus en plus vertueux

Les voies navigables de France, c’est 8 500 kilomètres de canaux disponibles pour des croisières. Et les bateaux deviennent de plus en plus vertueux : solaires, électriques comme celui de Madame Renouf, marinière sur le Lot. "Il y a trop de bateaux donc trop de pollution. Les moteurs thermiques sont refroidis par l’eau et il n’y a pas de moteur complètement étanche donc ça rejette dans l’eau des hydrocarbures. Pourquoi brûler du carburant pour aller à cinq kilomètres par heure ? Je suis sûre que dans 30 ans on dira 'mais ils étaient fous ces gens-là'."

D’une manière générale, les consciences évoluent et la nouvelle génération se tourne vers des mobilités plus douces.

La conscience écologique du voyageur va augmenter et on risque notamment de supprimer des vols à 39 euros entre Paris et Lisbonne qui développaient un tourisme d’opportunité assez catastrophique sur le plan de l’empreinte carbone. Je pense que les consciences se développent.

Jean-Pierre Nadir, fondateur d’EasyVoyage

Les gens ont besoin de se ressourcer, et il n’y a pas besoin d’aller loin ni d’aller vite. Le secteur doit s’adapter et proposer une nouvelle gamme d’offres plus écologiques. Des mobilités douces se développent, même pour voyager à l’international ! Le vélo, qui plus est électrique, permet de faire des randonnées et même de traverser la France, notamment avec les grands circuits que constituent les "EuroVéloroutes". "Elles servent à la fois au vélotourisme, donc au développement économique des territoires, mais aussi à la pratique quotidienne", explique Pierre Serne, président du Club des Villes et Territoires Cyclables.

En vélo dans le monde entier

En vélo, on peut aussi traverser le monde et les initiatives se multiplient. C’est par exemple le cas du Sun Trip, un voyage par la route en vélo solaire, dont la troisième édition de 2018 Lyon à Guangzhou en Chine, sur près de 12 000 km et à travers dix pays. Cette année, Covid-19 oblige, c’est un tour de France qui est organisé par le collectif, un moyen de faire découvrir le vélo solaire.

L’idée qu’on a, c’est de montrer qu'aujourd’hui il est possible d’adapter l’énergie solaire sur le vélo pour proposer un engin hybride qui permette de traverser l’Eurasie en 45 jours.

Florian Bailly fondateur du Sun Trip

Cet été est donc l’occasion de redécouvrir la France et notre belle campagne. Certains n’ont pas attendu puisqu’on observe depuis quelques années un retour des citadins à la campagne. Si vous êtes intéressés, il reste de la place, puisque seulement 20% des français vivent en zone rurale. Malheureusement, tous les territoires ne sont pas attractifs et parfois des villages se retrouvent coupés du reste du monde. C’est pour ça que le Collectif itinérant La Ville à Joie s’est donné pour objectif de redonner vie à la campagne en y allant. Marius Drigny, son fondateur : "Je pense qu’écologiquement c’est une bonne démarche puisque pour éviter que chacun fasse un aller-retour au supermarché du coin et fasse 40 kilomètres de voiture, vous faites que les services viennent à eux".   

Pour terminer, mon coup de cœur de cette semaine : une feuille de chou, dont c’est d’ailleurs le titre. Ils donnent tous les bons plans d’un tourisme durable et responsable avec un réseau de plus de 500 stations labellisées, qui vont du vélotourisme aux stations vertes. Tout cela sous forme d’un jeu de l’oie pour ajouter à la convivialité. Bonnes vacances !

Vous êtes à nouveau en ligne