Toute dernière fois. 1969, la dernière nuit du marché des Halles, à Paris

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout l'été, nous revenons sur ces moments où l'histoire s'achève. 28 février 1969, nous revivons les dernières heures du marché des Halles à Paris, avant sa fermeture.

Le ventre de Paris vit ses dernières heures. Les Halles de Paris vont fermer. Et si comme le suggère Zola, le ventre n’a pas de cœur, les Parisiens ont le cœur bien lourd de voir disparaître cette immense marché qui animait le centre de la capitale.
Dans la nuit du 28 février 1969, l’agitation n’est pas habituelle. Se côtoient les commerçants, qui remplissent leurs étals de fruits, de légumes, de viande, de poisson ou de fleurs. Et en même temps, on prépare le déménagement. C’est la dernière nuit des Halles : "Les Halles que nous avons connues, sur les pavés desquels nous avons traîné pour ma part pendant 23 ans – et je n'ai pas encore 45. J'y suis rentré jeune, dans ces Halles. Il y a tout de même un côté poignant, pour nous qui voyons disparaître ces Halles. On aurait préféré être seuls et voir s'éteindre notre quartier tout doucement, gentiment, en faisant une petite fête."

La fin d’un monde. A l’époque, on parle du "déménagement du siècle". 20 000 personnes, 1 000 entreprises de gros, 5 000 tonnes de marchandises et 1 500 camions sont mobilisés entre le 27 février et le 1er mars. Le temps presse. Les marchés, les restaurants et les épiceries doivent être approvisionnés. C’est la fin d’un monde bruyant, odorant, trop encombré pour le monde moderne.

Pourtant au milieu du XIXe siècle, Napoléon III avait réussi à moderniser les Halles en confiant à Victor Baltard la réalisation de la fameuse structure entièrement métallique. Un joyau architectural. Il faudra 15 ans pour construire les dix pavillons, avec leurs fines colonnes de fonte et leurs parois de verre, qui constitueront les Halles de Paris. Gustave Eiffel dira que "Baltard a ouvert Paris au XXe siècle" Chaque pavillon a sa spécialité, le numéro 3 pour la viande, le 9 pour le poisson.
Pendant plus d’un siècle, chaque nuit, le marché s’anime. De 21 heures à 8 heures du matin.

Au lendemain de la guerre, ce marché devient trop étroit

Pensé pour nourrir moins de deux millions de personnes, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le marché doit en alimenter sept millions. Les Halles explosent. Le 6 janvier 1959, au terme de longs débats, le conseil des ministres décide par ordonnance de transférer les halles à Rungis et à la Villette. La métaphore organique du ventre de Paris se poursuit. Les médias parlent du "cancer des Halles" qu’il faut opérer.

Le choix se porte sur Rungis, bien plus grand et parfaitement relié aux grands axes de communication. Le ventre se vide, laissant un trou béant en plein centre de Paris. Et les magnifiques pavillons ? Un jeune américain avait voulu les racheter, on avait préféré les détruire. Une partie du patrimoine architectural de Paris sera donc détruit à la fin de l’année 1971 et au début de la suivante. Un pavillon sera cependant démonté et remonté à Nogent-sur-Marne, le fameux Pavillon Baltard.

Vous êtes à nouveau en ligne