Vers une réforme du "supplément familial de traitement" des fonctionnaires

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans le débat sur la réforme des allocations familiales, il semblerait que les avantages dont bénéficient certains agents de l'Etat ne soient plus définitivement acquis. Il s'agit notamment du "supplément familial de traitement", un bonus que touchent les fonctionnaires avec enfants à charge.

Attention : dossier ultra-sensible ! Cette fois il ne s'agit pas du jour de carence en cas de maladie ou du dossier des retraites Prefon mais de ce que l'on appelle le "supplément familial de traitement". Le "SFT" est un bonus que touchent les fonctionnaires avec enfants à charge, en plus des traditionnelles allocations familiales. Instauré en 1917, ce n'est ni plus ni moins qu'une majoration de traitement. En plus des allocs, le fonctionnaire concerné touche un supplément proportionnel à ses revenus : plus son traitement est élevé, plus le bonus est avantageux. C'est le principe totalement contraire de la réforme que le gouvernement est en train de mettre en place pour l'ensemble des français qui veut que les allocations soient d'autant plus amputées que les revenus des ménages sont élevés.

 

Le gouvernement pourrait revenir sur ce système ?

 

Difficile de s'attaquer à ce totem mais la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, regarde cela de très près.

La solution serait, non pas d'opter pour une modulation de ce bonus, mais pour une forfaitisation qui serait la même pour tout le monde, en fonction du nombre d'enfants.

Le gouvernement Fillon l'avait imaginé en 2010, la Cour des comptes l'a également proposé et certains syndicats n'y seraient pas hostiles mais il faut maintenant franchir le pas.

 

Petite bombe potentielle

 

Ce bonus au forfait restera considéré comme un avantage pour les agents de l'Etat. Une patate chaude dont le gouvernement se serait bien passée, et qui explique pourquoi l'Elysée et Matignon ont tergiversé sur le dossier des allocations familiales ces dernières semaines.