Rentrée financière : les marchés dans l'expectative

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est la rentrée pour France Info, l'occasion de s'intéresser à une autre rentrée : celle des marchés financiers. Que nous réservent les prochaines semaines ?

Le bilan de cet été est plutôt calme. Entre juin et fin août, le
marché parisien a gagné un peu plus de 5% (bien mieux que les 11% que l'on
avait perdus sur la même période en 2011, au cœur de la crise). Il faut savoir
que, traditionnellement, en moyenne depuis sa création en 1988 (ca fait déjà 24
ans), le CAC 40 (CAC ca veut dire Cotation Assistée en Continue de 40
entreprises)... le CAC connaît dans l'année 2 mois difficiles : août et
septembre, le mois de la rentrée qui est source d'interrogations,
d'incertitudes... à la fois sur le plan politique, social et géoéconomique.

J'imagine que la
situation internationale pèse beaucoup cette année ?

D'abord avec
la Syrie. Vendredi, le délai qu'a imposé Barack Obama à la communauté
internationale pour intervenir militairement a un peu calmé le jeu mais la
question demeure sur l'ampleur et la durée d'un éventuel conflit. Et puis
derrière, il y a les tensions ravivées entre les USA, la Chine et la Russie. La
Chine... autre sujet d'interrogation : le pays déjà en surinvestissement
saura-t-il assumer la demande intérieure qui est de plus en plus forte ? On
craint la bulle immobilière et le dérapage bancaire. Les opérateurs regardent
de très près également l'évolution des pays émergents dont les marchés chutent
en ce moment. Et puis les Etats-Unis... on attend de voir comment la banque
centrale va réagir à l'annonce d'une reprise meilleure que prévue au deuxième
trimestre. Va-t-elle continuer à aider l'économie par sa politique monétaire
? On sera fixé en fin de semaine.

Et l'Europe dans tout
cela ?

L'Europe et la
France. Il faut que la BCE baisse ses taux d'intérêt pour aider les
entreprises à emprunter et se développer (pour l'instant, aucun signal en ce
sens n'est envoyé par Francfort). En Allemagne, quelle attitude adoptera Berlin
après les élections législatives du 22 septembre... enfin, la France :
attention à la lueur de reprise (+0.5% de croissance au deuxième trimestre
grâce à la hausse des prix de l'énergie, ce n'est pas une reprise). Ca l'est
d'autant moins que l'investissement des entreprises, lui, est au point mort.
Donc voilà le programme... à la bourse de Paris ou ailleurs en Europe, il
convient de faire le dos rond. Si vous voulez acheter, un petit conseil
: regardez du côté des valeurs technologiques (tout ce qui est numérique a le
vent en poupe), et bien sûr, il y a le luxe qui ne déçoit normalement
jamais

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne