Prix du livre : Hachette et Amazon font la paix avant Noël

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les éditions Hachette et le géant américain de la distribution en ligne Amazon mettent un terme au bras de fer qui les opposait depuis plusieurs mois. Le conflit portait sur les conditions de vente des livres de l'éditeur français aux Etats-Unis

L'affaire remonte au mois de mai. Sans expliquer officiellement pourquoi, Amazon avait décidé des mesures de rétorsion  contre Hachette.

Il était devenu très difficile, voire impossible au consommateur américain de précommander les livres de l'éditeur, les livraisons subissaient de sérieux retards. Amazon allait même jusqu'à recommander aux clients d'acheter des œuvres de maisons d'éditions concurrentes.

Un conflit d'une rare violence comme savent faire les américains quand ils veulent obtenir gain de cause.

 

Que prévoit l'accord précisément ?

 

C'est top secret. Les deux camps précisent simplement que l'accord prendra effet à partir de janvier prochain. Hachette pourra fixer le prix de vente de détail de ses e-book (les livres électroniques) et bénéficiera de conditions plus avantageuses s'il baisse ses prix.

De toute évidence, le conflit porte sur la question des marges perçues par Amazon pour vendre les ouvrages Hachette.

Selon Françoise Benhamou, Professeur à l’Université Paris XIII-Villetaneuse, économiste de la culture, qui décortique le système dans son dernier ouvrage intitulé "Le livre à l'heure numérique" – aux Editions du Seuil –, cette affaire met en évidence la question des rapports de force au niveau de la distribution alors que celle-ci migre de plus en plus vers le commerce électronique.

 

L'une des questions est de savoir si l'e-book, le livre électronique, doit être vendu au même prix que la version papier

 

Le débat risque de durer encore un certain temps car n'oublions pas qu'Amazon est le concepteur de la liseuse avec écran tactile Kindle, la liseuse la plus vendue au monde.

Le géant américain de la distribution en ligne a tout intérêt à promouvoir le e-book plutôt que le papier et faire ainsi des économies d'échelle dans la distribution.

C'est un dossier très compliqué... en tout cas une révision complète du modèle économique du bon vieux libraire de quartier.

Vous êtes à nouveau en ligne