Les banques sont-elles encore utiles ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les banques, encore et toujours sur la sellette. Cibles des agences de notation, les voilà maintenant menacées par un retrait massif des comptes de grandes entreprises. Faut-il s’inquiéter de ce mouvement de défiance Emmanuel ?

Oui et non. Oui, c’est inquiétant, car cela résulte de la communication d’informations les plus folles venant brouiller la réalité des faits. Non, ce débat ne m’inquiète pas car il va faire long feu.
Hier, première information colportée par le Financial Times : le groupe industriel allemand SIEMENS retire 500 millions d’euros d’une grande banque commerciale française (en l'occurrence la Société Générale) par peur d’un manque de solvabilité de cette dernière. Au fil de la journée, l’information s’avère inexacte : en réalité, SIEMENS a bien transféré plusieurs centaines de millions d’euros vers la Banque Centrale Européenne mais simplement pour bénéficier d'un meilleur rendement. De plus, la décision remonte à juillet, donc hors calendrier des péripéties actuelles.

Pourquoi le Financial Times sort-il l’information maintenant ?

La question reste posée ! Deuxième actualité : si l’on en croît le fondateur et ancien patron de MEETIC, Marc SOMONCINI, l'actionnaire américain du site de rencontres sur internet a demandé à ses dirigeants parisiens de retirer le cash de Meetic placées dans une banque française pour les transférer dans une banque américaine. Entre informations incomplètes et rumeurs récurrentes, on a l'impression d'être pris en ce moment dans une véritable spirale de la peur autour du système bancaire.

Défiance donc… à défaut de vivre sans les banques, peut-on les contourner ?

Le particulier – vous est moi – est effectivement tributaire de sa banque. En revanche, certains groupes industriels ont compris l’intérêt de créer leur propre structure financière. En Europe, le meilleur exemple est celui de BMW ou MERCEDS-BENZ qui ont tous deux créé une banque offrant du crédit aux particuliers... GENERAL ELECTRIC, également, avec sa filiale GE Money Bank dont le siège est situé à La Défense et qui propose du crédit conso. Il faut également citer TOTAL, et oui… le groupe pétrolier possède ses propres sociétés de trading basées à Genève et à Londres pour négocier la vente de pétrole et de gaz (lui évitant ainsi de passer par les traditionnelles salles de marché des banques).

Un exemple qui vient d’inspirer les collectivités territoriales…

Oui, des communes et infrastructures publiques qui en ont assez d'être mises en coupes réglées par leurs banques... lorsqu'elles ne sont pas simplement victimes des produits toxiques dans lesquels ont les a poussé à investir à une certaine époque. Le quotidien Libération publie aujourd'hui à ce sujet un document édifiant sur les pratiques de la banque DEXIA. Tout cela n'a que trop duré... hier, les collectivités (qui assurent 71% de l'investissement public) ont lancé la procédure pour créer leur propre agence de financement... elle pourrait voir le jour l'année prochaine.

Vous êtes à nouveau en ligne